Après l'annonce de la mort de l'otage Gilberto Rodrigues Leal, la colère de la famille

Un site mauritanien a diffusé, le 26 novembre 2012, une vidéo de Gilberto Rodrigues Leal, Français enlevé au Mali.
Un site mauritanien a diffusé, le 26 novembre 2012, une vidéo de Gilberto Rodrigues Leal, Français enlevé au Mali. (AL AKHBAR / AFP)

Les proches du sexagénaire, enlevé au Mali en novembre 2012, critiquent les autorités françaises et les médias qui, selon eux, ont oublié "les deux otages du Mali".

Le deuil et la colère. Mardi 22 avril, les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont la mort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal. Sa famille exprime, mercredi, sa colère contre les autorités françaises et les médias, qui ont oublié "les deux otages du Mali".

"Pendant huit mois, on n'a parlé que des journalistes en Syrie, on a oublié qu'il y avait deux otages au Mali, indique David Rodriguez Leal, le frère de Gilberto. On est un peu en colère. J'ai l'impression que si mon frère avait eu plus de valeur, s'il n'avait pas été un simple retraité, peut-être que ça ce serait passé autrement." 

A plusieurs reprises, les proches du retraité enlevé en novembre 2012, inquiets de n'avoir plus aucune preuve de vie, avaient lancé des appels aux principaux responsables du groupe islamiste, notamment par le biais du site mauritanien Sahara médias et de l'agence de presse mauritanienne ANI.

"Silence assourdissant"

En décembre, sa sœur, Irène Rodriguez, avait exprimé ses craintes, évoquant un "silence assourdissant", affirmant ainsi n'avoir "plus aucune nouvelle" depuis le 26 janvier 2013, date à laquelle le Mujao avait annoncé être prêt à négocier la libération de Gilberto Rodriguez Leal. "Nous, ce que nous souhaitons, c'est que Gilberto ne tombe pas dans l'oubli", avait alors dit Irène Rodriguez.

Il reste un français otage au Mali, Serge Lazarevic, 50 ans, enlevé également au Mali le 24 novembre 2011 en compagnie de Philippe Verdon, qui lui a été retrouvé mort d'une balle dans la tête en juillet 2013. L'enlèvement de Serge Lazarevic a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et la famille de ce Franco-Serbe n'a plus de nouvelles depuis une vidéo le montrant quelques mois après le rapt.

Vous êtes à nouveau en ligne