Mali

Carte d\'électeur pour la présidentielle du 29 juillet 2018 au Mali, photographiée durant une distribution de ce document le 20 juin 2018 à Bamako, la capitale malienne. 

Présidentielle au Mali : un second tour sous le signe de la suspicion

«Explosions d\'engin improvisé» (IED), «braquages», «attaques armées», «attaques complexes»: depuis 2016, plusieurs dizaines d\'incidents ont été recensés entre l\'ouest de Doro et Gao, d\'après une carte des parachutistes allemands. «Cette portion, c\'est la route de la mort», observe un responsable de l\'ONU, sous couvert d\'anonymat. «Il y a eu beaucoup de hold-up contre les bus ces derniers temps, les bandits dépouillent tous les passagers et leur ordonnent même de leur virer de l\'argent avec leurs téléphones portables!», explique-t-il. En réaction, les transporteurs ont décidé de progresser en convoi sur cette zone de quelque 150 km, comme l\'ont constaté des journalistes de l\'AFP. Mais cela ne règle pas le problème, et c\'est pour cette raison que les casques bleus ont décidé de patrouiller, à la recherche d\'indices indiquant la présence d\'engins explosif improvisés, les IED en jargon militaire. «Nous voulons collecter des données pour notre atlas routier, car nous devons savoir quels sont les endroits vulnérables de la route» pour anticiper les attaques, résume le lieutenant-colonel allemand Mickael Weckbach, la moustache bien arrangée. Le 31 juillet, quatre militaires maliens en mission d\'escorte de matériel électoral dans le centre du pays ont péri dans une embuscade à l\'engin explosif, suivie de tirs des assaillants.

LA PHOTO. Patrouille sur la «route de la mort» au Mali

Bureau de vote à Kidal (nord-est) pour la présidentielle au Mali

Présidentielle au Mali : soupçons et rumeurs de fraude lors du 1er tour

Affiche électorale du président malien sortant, Ibrahim Boubacar Keita, lors d\'une conférence de presse à son QG de campagne à Bamako le 30 juillet 2018. 

Mali : le président Keïta affrontera le chef de l'opposition Cissé au 2e tour

Premier producteur de coton en Afrique, le Mali dame le pion au Burkina Faso

Des soldats de la force Barkhane, à Gao au Mali

L'opération Barkhane : 4 ans de service au Mali

Jour de vote au Mali pour la présidentielle, le 29 juillet 2018. 

"On veut quelqu'un qui pourra gérer notre Mali" : le premier tour de la présidentielle marqué par des incidents

Ibrahim Boubacar Keïta a voté pour l\'élection présidentielle au Mali, dimanche 29 juillet 2018.

Une présidentielle sous-tension au Mali

Iyad Ag Ghali à l\'aéroport de Kidal (Mali) le 7 août 2012

Iyad Ag Ghali, chef djihadiste et ex-bassiste de blues

Iyad Ag Ghali (à droite), alors leader du groupe islamiste Ansar Dine, lors d\'une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibril Bassole, à Kidal (nord du Mali, le 7 août 2012.

Le nom d'Iyad Ag Ghali, chef djihadiste et ancien bassiste de blues, réapparaît

Les symptômes ont été constatés dans plusieurs communes d\'Île-de-France

Élection malienne : 57 personnes qui tenaient des bureaux de vote en Île-de-France ont été victimes d'une intoxication alimentaire

Des jeunes à Bamako, au Mali, avant l\'élection présidentielle du dimanche 29 juillet

Chômage, vie chère : la jeunesse désabusée du Mali, élément-clé de l'élection présidentielle

Des Maliens dans un bureau de vote, lors de l\'élection présidentielle de 2013

"Nous avons un président qui triche" : au Mali, l'opposition redoute la fraude lors de la présidentielle

Dans une rue de Mopti, à proximité de l\'aéroport de la ville, le 26 juillet 2018.

Présidentielle au Mali : le pays à la recherche d'un président qui fera reculer l'insécurité

Les rues de Bamako au Mali envahies d\'affiches électorales, le 29 juillet 2018.

Présidentielle au Mali : la COCEM déploie 1 160 observateurs

Le célèbre chanteur Salif Keita, à son domicile près de Bamako

"Si cette même gouvernance reste, nous sommes tous foutus" : le chanteur malien Salif Keïta "très inquiet" pour son pays avant l'élection présidentielle

Dans une rue de Mopti (centre du pays), à proximité de l\'aéroport de la ville, le 26 juillet 2018.

Le Mali à la recherche d'un président qui fera reculer l'insécurité

Image de Bamako (Mali), le 26 juillet 2018, avant l\'élection présidentielle. 

Présidentielle au Mali : la menace jihadiste pourrait dissuader les électeurs

«La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le mal par ce qui est meilleur et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient un ami chaleureux», voilà le précepte qui, quatre jours avant la présidentielle du 29 juillet 2018, a réuni le Haut conseil de la confrérie soufie à Bamako. Appelant les Maliens à participer massivement au vote, les responsables de la Quadiriya, qui prône un islam tolérant, ont souhaité que les candidats «mettent le Mali au-dessus de tout». Depuis 2012, l\'islamisme religieux et armé met le nord du pays à feu et à sang.

LA PHOTO. Présidentielle: les musulmans soufis aspirent à un Mali «pacifique»

Derniers jours de campagne pour les 24 candidats à l\'élection présidentielle au Mali, le premier tour est prévu le 29 juillet 2018. Dans les rues de Bamako, leurs affiches sont partout, comme ici le 26 juillet. 

En direct du monde. Au Mali, les électeurs appelés aux urnes dimanche pour l'élection présidentielle sur fond de violences jihadistes

Des soldats de la force Barkhane, à Gao au Mali

Mali : l'opération Barkhane se prolonge

Le caporal-chef Manuel, blessé de guerre au Sahel

Blessé de guerre au Sahel : la reconstruction d’un soldat français

Le général malien Didier Dacko (D), commandant jusque là de la force du G5-Sahel, recevant à Sévaré le 29 mai 2018 le Secrétaire général de l\'ONU Antonio Guterres, venu apporter son soutien aux forces de maintien de la paix de l\'ONU.

Mali: la force conjointe du G5-Sahel change de commandement

Le drone Reaper, livré en 2014 à l\'armée française, a rapidement convaincu l\'état-major de son efficacité lors des missions qu\'il a remplies dans le Sahel.

Sahel : des drones contre le terrorisme

Il faut quatre cents ans pour qu\'un sac plastique se dégrade, un an ou deux s\'il est en matière organique, comme de l\'amidon de pomme de terre ou de maïs. 

L'Afrique en guerre contre les sacs en plastique

Maison traditionnelle dogon près des falaises de Bandiagara.

Au centre du Mali, l’insécurité grandissante vise le patrimoine

Un hélicoptère d\'attaque Tigre de l\'opération française Barkhane survole le centre du Mali, le 1er novembre 2017.

L’ONU met en garde contre la guerre sans fin au Mali

Benoît Hamon, alors candidat à la présidence de la République, donne un meeting à la Mutualité, à Paris, le 23 avril 2017.

Terrorisme : au Sahel, la France ne doit pas "renoncer à la coopération et ne faire que la guerre"

Des soldats français engagés dans l\'opération Barkhane patrouillent à Timbamogoye, au Mali, le 10 mars 2016.

Mali : des soldats français attaqués, deux civils blessés

Des soldats de la force Barkhane, à Gao au Mali

Mali : des militaires de la force Barkhane attaqués à Gao

1234567891040

Vous êtes à nouveau en ligne