Mali

Les rues de Bamako au Mali envahies d\'affiches électorales, le 29 juillet 2018.

Présidentielle au Mali : la COCEM déploie 1 160 observateurs

Le célèbre chanteur Salif Keita, à son domicile près de Bamako

"Si cette même gouvernance reste, nous sommes tous foutus" : le chanteur malien Salif Keïta "très inquiet" pour son pays avant l'élection présidentielle

Dans une rue de Mopti (centre du pays), à proximité de l\'aéroport de la ville, le 26 juillet 2018.

Le Mali à la recherche d'un président qui fera reculer l'insécurité

Image de Bamako (Mali), le 26 juillet 2018, avant l\'élection présidentielle. 

Présidentielle au Mali : la menace jihadiste pourrait dissuader les électeurs

«La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le mal par ce qui est meilleur et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient un ami chaleureux», voilà le précepte qui, quatre jours avant la présidentielle du 29 juillet 2018, a réuni le Haut conseil de la confrérie soufie à Bamako. Appelant les Maliens à participer massivement au vote, les responsables de la Quadiriya, qui prône un islam tolérant, ont souhaité que les candidats «mettent le Mali au-dessus de tout». Depuis 2012, l\'islamisme religieux et armé met le nord du pays à feu et à sang.

LA PHOTO. Présidentielle: les musulmans soufis aspirent à un Mali «pacifique»

Derniers jours de campagne pour les 24 candidats à l\'élection présidentielle au Mali, le premier tour est prévu le 29 juillet 2018. Dans les rues de Bamako, leurs affiches sont partout, comme ici le 26 juillet. 

En direct du monde. Au Mali, les électeurs appelés aux urnes dimanche pour l'élection présidentielle sur fond de violences jihadistes

Des soldats de la force Barkhane, à Gao au Mali

Mali : l'opération Barkhane se prolonge

Le caporal-chef Manuel, blessé de guerre au Sahel

Blessé de guerre au Sahel : la reconstruction d’un soldat français

Le général malien Didier Dacko (D), commandant jusque là de la force du G5-Sahel, recevant à Sévaré le 29 mai 2018 le Secrétaire général de l\'ONU Antonio Guterres, venu apporter son soutien aux forces de maintien de la paix de l\'ONU.

Mali: la force conjointe du G5-Sahel change de commandement

Le drone Reaper, livré en 2014 à l\'armée française, a rapidement convaincu l\'état-major de son efficacité lors des missions qu\'il a remplies dans le Sahel.

Sahel : des drones contre le terrorisme

Il faut quatre cents ans pour qu\'un sac plastique se dégrade, un an ou deux s\'il est en matière organique, comme de l\'amidon de pomme de terre ou de maïs. 

L'Afrique en guerre contre les sacs en plastique

Maison traditionnelle dogon près des falaises de Bandiagara.

Au centre du Mali, l’insécurité grandissante vise le patrimoine

Un hélicoptère d\'attaque Tigre de l\'opération française Barkhane survole le centre du Mali, le 1er novembre 2017.

L’ONU met en garde contre la guerre sans fin au Mali

Benoît Hamon, alors candidat à la présidence de la République, donne un meeting à la Mutualité, à Paris, le 23 avril 2017.

Terrorisme : au Sahel, la France ne doit pas "renoncer à la coopération et ne faire que la guerre"

Des soldats français engagés dans l\'opération Barkhane patrouillent à Timbamogoye, au Mali, le 10 mars 2016.

Mali : des soldats français attaqués, deux civils blessés

Des soldats de la force Barkhane, à Gao au Mali

Mali : des militaires de la force Barkhane attaqués à Gao

Des soldats français de l\'opération Barkhane, ci-contre au camp de Ménaka au Mali, en mai 2018. 

Mali : une embuscade contre des soldats français

Des soldats français de l\'opération Barkhane, ci-contre au camp de Ménaka au Mali, en mai 2018. 

Mali : un véhicule blindé français de l'opération Barkhane pris pour cible à Gao

Le QG de la force du G5 Sahel au Mali après l\'attaque, le 29 juin 2018.

Mali : trois morts dans un attentat suicide contre le QG de la force du G5 Sahel

Hélicoptères Griffon de l\'armée canadienne lors d\'un exercice.

Casques bleus au Mali: les Canadiens et leurs hélicoptères en renfort

L\'attaque est survenue samedi 23 juin dans la région de Mopti, au centre du Mali, selon une association peule.

Mali : au moins 32 civils peuls tués dans le centre du pays

Des militaires lors d\'un exercice à Chenevières (Meurthe-et--Moselle).

"Et d'un seul coup, l'explosion..." : la reconstruction physique et psychologique d'un soldat blessé de guerre

Manifestation à Bamako pour réclamer la transparence dans les élections, le 8 juin 2018.

Elections présidentielles au Mali. La cause des femmes défendue par des femmes

Des diplômés maliens en situation de handicap manifestent à Bamako pour leur intégration dans la fonction publique.

Afrique: le cri de détresse des personnes handicapées, abandonnées à leur sort

Sophie Pétronin, otage d\'un groupe jihadiste après son enlèvement au Mali, sur une photo non datée antérieure à son enlèvement et diffusée par son comité de soutien.

L'otage française Sophie Pétronin, enlevée au Mali, apparaît dans une nouvelle vidéo

Sophie Pétronin, kidnappée au Mali en décembre 2016 (photo non datée).

Après l'apparition d'une nouvelle vidéo de l'otage Sophie Pétronin, "on voit qu'elle est en bonne santé", estime son fils

Plat de mafé, viande à la sauce d\'arachide

A table ! L'Economie dans l'assiette. Au Mali, devant un mafé

La manifestation du 2 juin au Mali a provoqué une vive polémique entre l\'opposition et le pouvoir. Le lendemain, le second a jugé «mensongères et calomnieuses» les affirmations de la première, qui lui a d\'abord reproché d\'avoir fait usage de «balles réelles» lors du défilé à Bamako avant de réclamer une «enquête», à deux mois de la présidentielle du 29 juillet. Selon l\'hôpital Gabriel Touré de la capitale malienne, «il y a eu 25 blessés admis aux urgences», mais aucun touché par balle. Lors d\'une conférence de presse aux allures de meeting, le chef de l\'opposition, Soumaïla Cissé, a dénoncé une «atteinte intolérable aux libertés fondamentales», arguant que ses partisans avaient déjà organisé de grandes manifestations en dépit de l\'état d\'urgence, argument avancé par les autorités pour interdire les rassemblements du 2 juin. «Il faut éviter absolument une crise électorale en instaurant le dialogue», a ajouté M. Cissé, 68 ans, candidat déclaré à l\'élection présidentielle, au cours de laquelle le président Ibrahim Boubacar Keïta, 73 ans, briguera un second mandat. Les adversaires du pouvoir manifesteront à nouveau le 8 juin pour «réclamer des élections transparentes et un accès équitable à l\'ORTM», la radio-télévision publique, a-t-il ajouté.

LA PHOTO. Mali, situation tendue à deux mois de la présidentielle

pere mamoudou

Mamoudou Gassama : un exemple pour son village natal au Mali

1234567891034

Vous êtes à nouveau en ligne