"Je voulais voir Andry Rajoelina, il va changer notre vie !" : cérémonie d'investiture en grande pompe pour le nouveau président de Madagascar

Andry Rajoelina arrive dans le stade municipal de Mahamasina, en plein coeur de la capitale Antananarivo, à Madagascar.
Andry Rajoelina arrive dans le stade municipal de Mahamasina, en plein coeur de la capitale Antananarivo, à Madagascar. (Sarah TÉTAUD / RADIO FRANCE)

Le président élu début janvier a prêté serment devant plusieurs dizaines de milliers de personnes à Antananarivo.

La cérémonie d’investiture d'Andry Rajoelina a été célébrée en grande pompe, samedi 19 janvier au matin, à Madagascar. Le président élu le 8 janvier dernier a prêté serment dans le grand stade d'Antananarivo, la capitale, devant une foule de près de 40 000 personnes. Pour l'occasion, 35 représentants de pays et organisations internationales étaient présents et parmi eux, six chefs d’État africains. Emmanuel Macron était représenté par son secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne. Nicolas Sarkozy était également présent.

Andry Rajoelina, sa femme et ses trois enfants à la tribune présidentielle assistent au défilé militaire.
Andry Rajoelina, sa femme et ses trois enfants à la tribune présidentielle assistent au défilé militaire. (Sarah TÉTAUD / RADIO FRANCE)

Dans le public, Sarah, pieds nus, le visage grimé d’orange (la couleur du parti du nouveau président). Avec son enfant dans le dos, elle tente de se faire une place sur la pelouse du stade. Elle est arrivée pendant la nuit, après 24 heures de trajet, fatiguée mais heureuse : "Je viens du sud de Madagascar. Je suis venue avec mes trois enfants, en gros taxi brousse. Je voulais voir Andry Rajoelina, j’ai voté pour lui, pour changer notre vie !"

De nombreux chantiers à mettre en place

À la tribune, Andry Rajoelina rappelle devant ses trois prédécesseurs – tous candidats à cette élection présidentielle – que pour la première fois de l’histoire du pays, les Malgaches viennent de vivre une alternance démocratique et une passation pacifique entre deux présidents élus. "Comme un bateau à voile, le peuple malagasy vacille, tangue. Mais jamais il ne sombre. Je serai un capitaine digne de leur confiance. Je vous conduirai à bon port, le port du développement, le port de la croissance, le port de l’émergence et le port de la réussite", ajoute le nouveau chef de l'État.

Le nouveau président n’a pas caché ses ambitions de recourir aux financements privés plutôt qu’aux bailleurs traditionnels pour rattraper le retard de développement de l’île. Est-ce la raison de la venue très remarquée de Nicolas Sarkozy, administrateur du groupe Accor ? La communication du clan Rajoelina affirme qu’il a été envoyé par Emmanuel Macron pour le représenter. Ce que l’ambassade de France ici dément formellement.

Vous êtes à nouveau en ligne