Madagascar. Trois hommes avouent le meurtre d'une religieuse française

Le meurtre de la religieuse a eu lieu à Mandritsara, dans le nord-est de Madagascar, le 1er mars 2013.
Le meurtre de la religieuse a eu lieu à Mandritsara, dans le nord-est de Madagascar, le 1er mars 2013. (FRANCETV INFO / GOOGLE MAPS)

La religieuse, âgée de 82 ans, a été étranglée et son corps abandonné sur un marché à zébus, samedi. Le mobile serait d'ordre financier.

Trois Malgaches ont avoué avoir tué une religieuse française, sœur Emmanuelle Helesbeux, âgée de 82 ans, retrouvée morte samedi 2 mars sur un marché à zébus à Mandritsara (nord-est de Madagascar), a annoncé dimanche la police locale. "On a arrêté trois personnes dont un ancien gardien de sœur Emmanuelle entre samedi et dimanche matin. Les trois hommes ont avoué avoir tué la sœur pour des questions d'argent", a déclaré le commissaire de police de Mandritsara.

Le corps de sœur Emmanuelle avait été découvert loin de chez elle, sur un marché à zébus, samedi à l'aube. A la vue du corps, les habitants ont immédiatement alerté les médecins de l'hôpital public où elle travaillait en tant qu'infirmière depuis une trentaine d'années. "Selon l'expertise, elle a été frappée avec une branche d'arbre sur le côté gauche du visage" et son cou portait des traces de strangulation par une corde "qui n'a pas été retrouvée", a ajouté la police.

Sœur Emmanuelle avait remis l'équivalent de 170 euros à son ancien gardien pour qu'il s'occupe de la vente de quatre maisons lui appartenant, mais ce dernier aurait refusé, selon les premiers éléments de l'enquête. Le ministère français des Affaires étrangères avait condamné un "meurtre particulièrement odieux", dans un communiqué samedi.

Vous êtes à nouveau en ligne