Nigeria : une "preuve de vie" des lycéennes enlevées par Boko Haram en 2014

Une vidéo diffusée par CNN, le 13 avril 2016, montre une quinzaine de jeunes filles recouvertes d\'un hijab noir, présentées comme les lycéennes enlevées par Boko Haram au Nigeria en 2014.
Une vidéo diffusée par CNN, le 13 avril 2016, montre une quinzaine de jeunes filles recouvertes d'un hijab noir, présentées comme les lycéennes enlevées par Boko Haram au Nigeria en 2014. (CNN)

Une vidéo envoyée par l'organisation jihadiste montre une quinzaine de jeunes filles recouvertes d'un hijab noir.

Une lueur d'espoir. Boko Haram a envoyé une "preuve de vie" des 276 lycéennes, deux ans après leur enlèvement à Chibok (nord-est du Nigeria). La vidéo, diffusée mercredi 13 avril par CNN (en anglais), montre une quinzaine de jeunes femmes recouvertes d'un hijab noir, qui donnent leur nom et assurent avoir été enlevées à Chibok. Elles précisent aussi la date de l'enregistrement, le 25 décembre.

Selon les informations disponibles, des membres de Boko Haram auraient pris contact mi-janvier avec le gouvernement, réclamant des discussions sur un possible échange de prisonniers. Le gouvernement ayant demandé une "preuve de vie", il aurait d'abord reçu cinq photos de certaines des otages, puis cette vidéo. 

Première preuve de vie depuis 2014

Les quinze adolescentes ont été identifiées. Il s'agit de la première vidéo permettant d'établir que certaines des jeunes filles enlevées sont toujours en vie, depuis celle diffusée par Boko Haram en mai 2014Pour rappel, dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, des hommes armés de Boko Haram avaient fait irruption dans les dortoirs du lycée de Chibok et enlevé 276 lycéennes. Le monde s'était alors mobilisé derrière le mouvement #BringBackOurGirls, pour réclamer leur libération.

Deux ans après, les parents des 219 lycéennes encore disparues – 57 étaient parvenues à s'enfuir – doivent tenir une réunion de prière devant l'école de Chibok, où leurs enfants ont été enlevées. Dans le reste du pays, des manifestations sont prévues pour réclamer la libération des jeunes filles.