Libye : au moins huit charniers découverts dans l'ouest du pays

Un membre des forces loyales au Gouvernement d\'union national (GNA) montre, le 11 juin 2020, l\'endroit au moins huit charniers ont été découverts, près de Tarhouna (Libye).
Un membre des forces loyales au Gouvernement d'union national (GNA) montre, le 11 juin 2020, l'endroit au moins huit charniers ont été découverts, près de Tarhouna (Libye). (MAHMUD TURKIA / AFP)

L'ONU a exprimé son "horreur" après des informations sur la découverte de ces charniers, dans une région tombée aux mains des forces progouvernementales en guerre depuis plus d'un an.

Des lambeaux de vêtements étaient encore éparpillés sur le site, près de fosses recouvertes de terre fraîche, selon un journaliste de l'AFP. Au moins huit charniers ont été découverts dans l'ouest de la Libye, mercredi 10 juin, et retirées par le Croissant rouge libyen pour procéder aux identifications.

La Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) appelle les autorités, jeudi, à enquêter rapidement sur ces décès. "La Manul relève avec horreur les informations sur au moins huit charniers découverts ces derniers jours, dont la plupart à Tarhouna", environ à 65 kilomètres au sud-est de Tripoli, a réagi cette mission de l'ONU. Le 5 juin, les forces loyales au Gouvernement d'union national (GNA), reconnu par l'ONU, ont chassé les troupes rivales de Khalifa Haftar de Tarhouna, leur dernier fief dans l'ouest du pays pétrolier, plongé dans le chaos, depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

"Le droit international exige que les autorités mènent des enquêtes rapides, efficaces et transparentes sur tous les cas présumés de décès illégaux", insiste la Manul. Elle s'est par ailleurs félicitée de la création par le ministère de la Justice du GNA d'une commission d'enquête, appelant à entamer "rapidement les travaux" pour "sécuriser les charniers, identifier les victimes, établir les causes de décès et restituer les dépouilles" aux familles. 

Vous êtes à nouveau en ligne