Libye : au moins 21 morts depuis le début de l'offensive du camp Haftar

Les forces loyales au gouvernement libyen arrivent à Tajura, une banlieue de Tripoli, le 6 avril 2019.
Les forces loyales au gouvernement libyen arrivent à Tajura, une banlieue de Tripoli, le 6 avril 2019. (MAHMUD TURKIA / AFP)

Ce bilan du ministère de la Santé du Gouvernement d'union nationale ne précise pas si des civils figurent parmi les victimes.

Au moins 21 personnes ont été tuées et 27 autres blessées depuis le début jeudi de l'offensive du maréchal Khalifa Haftar contre Tripoli, selon un premier bilan du ministère de la Santé du Gouvernement d'union nationale (GNA) basé dans la capitale libyenne.

Le ministère ne précise pas si les victimes comptent des civils, mais le Croissant-Rouge libyen a déploré la mort d'un de ses médecins samedi. De son côté, l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar a fait état samedi soir de 14 morts parmi ses combattants, selon son porte-parole, Ahmad al-Mesmari.

Une "contre-offensive" annoncée

Le même jour, le porte-parole des forces du GNA, le colonel Mohamad Gnounou, a annoncé le début d'une "contre-offensive" pour arrêter les troupes du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen qui a ordonné à ses troupes de marcher sur Tripoli, jeudi 4 avril. 

Cette opération, nommée "volcan de la colère", doit permettre de "nettoyer toutes les villes libyennes des agresseurs et des forces illégitimes", a dit ce porte-parole dans une déclaration à la presse depuis la capitale, au lendemain de sa nomination à ce poste.

Vous êtes à nouveau en ligne