Les rebelles libyens adressent un ultimatum aux forces pro-Kadhafi

(Radio France © France Info)

Le chef des rebelles libyens a adressé un ultimatum aux partisans de Mouammar Kadhafi pour qu'ils se rendent. L’ultimatum expire samedi. Si les forces restées fidèles à Kadhafi ne l’acceptent pas, ils s'exposeraient à des opérations militaires. De son côté, l’Otan a indiqué aujourd’hui que sa mission en Libye se poursuivra tant que persistera une menace du régime de Kadhafi contre la population civile.

Les forces restées fidèles à Mouammar Kadhafi retranchées à Syrte et dans d'autres localités libyennes ont jusqu'à samedi pour déposer leurs armes.
C’est ce qu’annonce aujourd’hui le dirigeant du conseil intérimaire au pouvoir.
Passé ce délai, elles s'exposeront à l'usage de la force militaire, a ajouté Moustafa Abdeldjeïl.
“Nous ne souhaitons pas en arriver là, mais nous ne pourrons pas attendre plus longtemps”.

Moustafa Abdeldjeïl a parallèlement estimé que les membres de la famille Kadhafi arrivés hier en Algérie, dont son épouse Safia et sa fille Aïcha, n'y resteraient pas mais partiraient pour un autre pays.

Poursuite de la mission de l’Otan

Le dirigeant du conseil intérimaire au pouvoir a aussi annoncé que le Conseil national de transition (CNT) était convenu avec les puissances étrangères qu'il n'avait pas besoin d'une force internationale de maintien de la paix.

De son côté, la porte-parole de l'Otan, Oana Lungescu a indiqué aujourd’hui que la mission de l'Otan en Libye se poursuivra tant que persistera une menace du régime de Mouammar Kadhafi contre la population civile.
Pour elle, “la mission en Libye est encore nécessaire. Aussi longtemps que la menace persistera, le travail à faire devra être accompli”.

A Syrte, la ville natale de Kadhafi, l'étau se resserre peu à peu. Les avant-postes rebelles ont progressé d'une vingtaine de kilomètres par l'est.

Vous êtes à nouveau en ligne