Les insurgés libyens progressent, Kadhafi leur promet "une fin proche"

(Radio France © France Info)

Au moment où des rumeurs faisaient état de son départ imminent du pays, Mouammar Kadhafi est sorti cette nuit de son silence, pour menacer les insurgés d'une "fin proche". Les rebelles sont parvenus durant le week-end à prendre la ville de Zawiyah. Une victoire stratégique après presque six mois de révolte.

Ils ont été accueillis aux cris de "liberté ! liberté !". Les insurgés ont réussi à hisser leur drapeau sur la ville de Zawiyah, à 50 km à l'ouest de Tripoli, au terme de violents combats. Même succès à Sorman ou encore à Gharyan. Des villes qui constituaient un objectif clé pour les rebelles, car elles seules maintenaient encore un lien entre Tripoli et l'ouest du pays. désormais, les rebelles contrôlent aussi bien à l'est qu'à l'ouest les routes qui mènent à la capitale. Au nord, un blocus naval assuré par l'Otan est en place et, au sud, des combats sont en cours. Tripoli, bastion des forces de Kadhafi, est plus que jamais isolée.

Les rebelles réduits "au mensonge", selon Kadhafi

Beaucoup d'observateurs s'attendaient donc à ce que Mouammar Kadhafi se décide à quitter le pays, et la rumeur de son départ se propageait hier sur les réseaux sociaux. Mais le dictateur a déjoué les attentes, choisissant de s'adresser à ses partisans, à la télévision.

Dans un message téléphonique diffusé "en direct", selon la télévision libyenne, Kadhafi affirme que "la fin des rats est proche. Ils fuient d'une maison à une autre devant les masses qui les chassent". Le dirigeant libyen a appelé ses partisans à garder le moral, à résister et à se "préparer pour la bataille pour libérer" les villes tenues par
les rebelles. Des insurgés réduits selon lui "au mensonge et à la
guerre psychologique".

S'agit-il seulement d'une fermeté de façade, destinée à masquer des négociations ? Selon plusieurs sources, des représentants du gouvernement et de l'insurrection se seraient réunis à huis clos dans un hôtel de Djerba, en Tunisie. L'information a été démentie par le porte-parole du gouvernement libyen.

Vous êtes à nouveau en ligne