Le journaliste Moussa Kaka remis en liberté provisoire

(Radio France ©DR)

Le journaliste nigérien Moussa Kaka, correspondant de la radio RFI et directeur d'une radio locale, a été remis en liberté provisoire ce matin par la justice du Niger. Il a passé 384 jours en détention. Le pouvoir l'accuse de "connivence" avec les rebelles du MNJ.

Enfin libre... pour l'instant. le journaliste Moussa Kaka, correspondant de RFI au Niger et directeur d'une radio locale, Radio Saraouina a été remis en liberté provisoire ce matin à Niamey, après 384 jours de prison. “Cette bonne nouvelle est une première étape qui, nous l’espérons, débouchera rapidement sur une issue honorable et juste.”, se félicite l'association Reporters sans frontières, dont Moussa Kaka est également le représentant au Niger.

Mais Moussa Kaka n'est pas tiré d'affaire. Si la justice nigérienne a requalifié l'accusation qui portait sur lui en un simple délit, il reste mis en cause. Il devra comparaître devant un tribunal correctionnel pour “acte de nature à nuire à la défense nationale”, au lieu de “complicité de complot contre l'Etat”.

Il avait été emprisonné le 20 septembre 2007. L'Etat nigérien lui reproche une “connivence” avec les rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), basé dans le nord du pays, c'est à dire la rebellion touareg. Il avait été en contact par téléphone avec l'un des chefs du mouvement.

Vous êtes à nouveau en ligne