Le Bénin fait son entrée dans la "zone à risque" du Quai d'Orsay

La carte des différentes zones à risque du Sahel publiée par le Quai d\'Orsay le 22 février 2013, avant mise à jour prenant en compte la situation du Bénin.
La carte des différentes zones à risque du Sahel publiée par le Quai d'Orsay le 22 février 2013, avant mise à jour prenant en compte la situation du Bénin. (MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES)

Le ministère des Affaires étrangères met en garde contre des risques d'attentat ou d'enlèvement pouvant frapper des Français dans certains parties de ce pays, frontalier du Nigeria.

La zone jugée dangereuse pour les Français s'étend en Afrique. Le ministère des Affaires étrangères français met en garde samedi 23 février contre des risques d'attentat ou d'enlèvement au Bénin, et demande à ses ressortissants d'observer une "vigilance accrue" dans ce pays, situé à l'ouest du Nigeria et au sud du Niger.

Une zone à risque désormais très étendue

L'engagement de la France au Mali ainsi que celui des pays membres de la Cédéao (Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest) dont fait partie le Bénin, "est susceptible d'avoir des répercussions sur la sécurité des Français résidents ou de passage" dans ce pays, selon le site de conseils aux voyageurs du Quai d'Orsay. Les autorités françaises déconseillent de circuler dans la zone du pays frontalière avec le Nigeria, sauf raison impérative.

Cette recommandation intervient après l'enlèvement d'une famille de sept Français dans l'extrême nord du Cameroun. Les otages seraient détenus au Nigeria. Comme le souligne une carte actualisée réalisée par Le Monde, la zone à risque du Quai d'Orsay couvre désormais une large partie de l'Afrique centrale et de l'Ouest.

Vous êtes à nouveau en ligne