L'ex-président du Liberia Charles Taylor condamné à 50 ans de prison

L\'ex-président libérien Charles Taylor écoute sa condamnation à 50 ans de prison, le 30 mai 2012 à Leidschendam, près de La Haye (Pays-Bas).
L'ex-président libérien Charles Taylor écoute sa condamnation à 50 ans de prison, le 30 mai 2012 à Leidschendam, près de La Haye (Pays-Bas). (TOUSSAINT KLUITERS / ANP / AFP)

L'ancien président du Liberia, 64 ans, a été condamné par une juridiction spéciale pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Il avait été jugé coupable le 26 avril par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). L'ancien président du Liberia, 64 ans, purgera une peine de prison de 50 ans pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis dans le pays voisin de la Sierra Leone durant la guerre civile (1991-2001), a annoncé la juridiction spéciale mercredi 30 mai.

"La chambre vous condamne unanimement à une peine unique de 50 ans d'emprisonnement", a déclaré le juge samoan Richard Lussick, lors d'une audience publique à Leidschendam, dans la banlieue de La Haye, aux Pays-Bas.

Meurtres, viols, faits d'esclavage sexuel

Arrêté en 2006 au Nigeria, Charles Taylor était notamment jugé pour sa responsabilité dans des crimes de guerre et contre l'humanité en Sierra Leone. Il s'agit en particulier des meurtres, viols, des faits d'esclavage sexuel et d'enrôlement d'enfants soldats. Des faits commis entre novembre 1996 et janvier 2002.

La juridiction spéciale a jugé qu'il avait fourni en échange de diamants des armes, de la nourriture, des médicaments, du carburant et des équipements aux rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) en Sierra Leone, lors de la guerre civile qui a fait plus de 50 000 morts et des milliers de mutilés.

Taylor n'a toutefois pas été reconnu coupable d'avoir ordonné ou planifié les crimes commis à cette période. Le parquet avait requis une peine de 80 ans de prison. Il doit pruger sa peine dans une prison britannique.