Kenya: Kuki Gallmann, célèbre protectrice de l’environnement blessée par balle

Kuki Gallmann soignée à l\'Hopital de Nanyuki après avoir été attaquée dans sa réserve de Laikipia, le 16 juin 2009.
Kuki Gallmann soignée à l'Hopital de Nanyuki après avoir été attaquée dans sa réserve de Laikipia, le 16 juin 2009. (Photo/Reuters)

Agée de 73 ans, Kuki Gallmann est une figure bien connue de la lutte pour la protection de l’environnement. Elle dirige une réserve privée dans le centre du Kenya. C’est dans cette région, en proie à un cycle de violences impliquant des éleveurs, qu’elle a été grièvement blessée par des hommes armés qui lui ont tendu une embuscade.

 
Selon son entourage, la voiture de Kuki Gallmann est tombée dans une embuscade tendue par des hommes armés. Blessée à l’estomac, elle a pu être extraite de la zone de l’attaque par les rangers du service kenyan de la faune sauvage qui l’accompagnaient. Elle a été ensuite transportée à Nairobi où elle a été opérée.
 
Une guerre des pâturages
D’origine italienne, Kuki Gallmann a fondé la réserve de Laikipia. Ce sanctuaire pour les animaux sauvages s’étend sur 400 km² sur les contreforts du Mont Kenya, région en proie au braconnage et à une guerre des pâturages avec les éleveurs semi-nomades. Elle s’y était rendue pour une visite d’inspection de luxueux lodges pour touristes incendiés la veille par des inconnus.
 
La tension est vive dans les réserves du centre et du nord du Kenya, dont le tourisme constitue une source de revenus en déclin. La compétition pour les pâturages entre éleveurs a été exacerbée par la sécheresse qui sévit en Afrique de l’Est.
 
Dans le compté de Laikipia, ce sont plusieurs milliers d’éleveurs, certains armés de lances, d’autres d’armes automatiques, qui ont pénétré illégalement dans des ranchs et réserves privés à la recherche de pâtures pour leurs chèvres, vaches et moutons, rapporte l’AFP.
 
La sécheresse qui sévit en Afrique de l\'Est pousse les bergers kenyans à pénétrer illégalement dans les réserves privées de Laikipia à la recherche d\'eau et de pâturages pour leurs animaux. 
La sécheresse qui sévit en Afrique de l'Est pousse les bergers kenyans à pénétrer illégalement dans les réserves privées de Laikipia à la recherche d'eau et de pâturages pour leurs animaux.  (Photo AFP/STR/DPA)

Difficile cohabitation entre bétails et espèces sauvages
Les éleveurs font de plus en plus paître leur bétail sur des terres privées. Une pratique qui rend compliquée la cohabitation de leurs troupeaux avec les espèces sauvages.
 
En mars 2017, des éleveurs avaient déjà incendié un lodge de luxe pour touristes à Laikipia après une opération militaire visant à rétablir l’ordre dans la région suite à l’assassinat du propriétaire britannique d’un ranch qui organisait des safaris à cheval. Ces tensions qui ont entraîné le déploiement de l’armée dans la vallée du Rift, ont fait au moins 30 morts depuis décembre 2016.
 
Selon des parlementaires kenyans interrogés par l’agence Reuters, les occupations de terres seraient encouragées par des hommes politiques qui cherchent à obtenir les voix de certaines ethnies à quelques mois des élections législatives d’août.
 
En janvier, le président kenyan Uhuru Kenyatta a condamné publiquement les éleveurs qui envahissent des terres à Laikipia mais son appel n’a pas été entendu.
 
Née en Italie, Kuki Gallman s’est installée au Kenya au début des années 80. Elle est l’auteure d’une autobiographie à succès Je rêvais d’Afrique, adaptée au cinéma en 2000.
Vous êtes à nouveau en ligne