Afrique : un nouvel outil pour anticiper les phénomènes météorologiques violents

Inondations dans les rues d\'Antananarivo, capitale de Madagascar, le 24 mai 2005.
Inondations dans les rues d'Antananarivo, capitale de Madagascar, le 24 mai 2005. (Michel Gunther / Biosphoto / Biosphoto via AFP)

Il permet aux météorologues de suivre les tempêtes qui approchent en temps réel sur le continent africain.

Un outil précieux pourrait permettre d’anticiper les inondations, ont annoncé le 18 mai 2020 des scientifiques de l’université de Leeds à l'origine d'un modèle de prévisions. Une initiative appelée African Swift permet aux météorologues de faire des prévisions précises, heure par heure, à très courte portée, à l'approche de phénomènes météorologiques violents. Cette technique est connue sous le nom de Now Casting (prévision immédiate). Aujourd'hui, les météorologues africains ont accès aux données satellitaires qui leur permettent de suivre la trajectoire et la gravité des tempêtes en formation et les événements météorologiques extrêmes.

Alertes météo à quelques heures

Le continent africain n'est pas épargné par les phénomènes climatiques violents et "la prévision immédiate aidera à atténuer les décès dus à des catastrophes météorologiques telles que de fortes pluies, des crues soudaines et des vents violents", explique le Dr Elijah Adefisan, chercheur au Centre africain pour les applications météorologiques pour le développement (ACMAD) et directeur scientifique du programme à African Swift.

Le projet a été mené par l'Université de Leeds avec le Fonds de recherche sur les défis mondiaux du gouvernement britannique. African Swift implique un partenariat entre le National Center for Atmospheric Sciences de Leeds, l'Université de Reading, des universitaires, des chercheurs et des agences météorologiques au Ghana, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal et le Met Office au Royaume-Uni.

Cela permet aux météorologues d'alerter les gens sur le fait qu'il y a une tempête très procheDoug Parker, professeur de météorologie à LeedsFondation Thomson Reuters

La nouvelle méthode a été testée au Kenya l'année dernière, où elle a aidé à l'évacuation des personnes touchées par les glissements de terrain et les coulées de boue dans l'ouest du pays et les inondations sur le lac Victoria, explique David Koros, chef du Kenya Meteorological Department.

Now Casting utilise des satellites qui surveillent les changements dans l'atmosphère. Les informations enregistrées dans l'espace peuvent atteindre les bureaux des prévisionnistes en 15 minutes.

Sauver des vies

"Les prévisions météorologiques sont potentiellement très précieuses pour la vie des gens en Afrique sans doute plus que pour les pays du Nord", a déclaré Doug Parker, professeur de météorologie à Leeds et coresponsable du projet.

Il est rapporté qu'entre 3 000 et 5 000 personnes pêchant sur le lac Victoria meurent chaque année après avoir été prises dans de violentes tempêtes. Les conditions météorologiques extrêmes, de plus en plus courantes en Afrique à mesure que la planète se réchauffe, entraînent d'énormes pertes pour les économies tributaires de l'agriculture et d'innombrables décès dus aux inondations et aux glissements de terrain.

"S'il n'y avait pas le changement climatique, nous aurions encore besoin de le faire, mais le changement climatique le rend plus impératif parce que les tempêtes s'intensifient", affirme Doug Parker.

Vous êtes à nouveau en ligne