Kenya : les passagers musulmans d'un bus protègent les chrétiens d'une attaque islamiste

L\'attaque, menée par les islamistes somaliens des shebabs, s\'est produite à Elwak (Kenya), tout près de la frontière avec la Somalie.
L'attaque, menée par les islamistes somaliens des shebabs, s'est produite à Elwak (Kenya), tout près de la frontière avec la Somalie. (GOOGLE MAPS)

Les musulmans ont refusé d'être séparés des chrétiens lors de l'attaque menée par les islamistes somaliens shebabs. Deux personnes ont été tuées et six autres blessées.

Ils auraient pu choisir de sauver leur peau, ils ont préféré rester unis : à Elwak au Kenya, lundi 21 décembre, les passagers musulmans d'un bus attaqué par des islamistes ont refusé d'être séparés des passagers chrétiens. Les shebabs somaliens ont fait deux morts et six blessés.

"Ces musulmans ont envoyé un message très important d'unité, disant que nous sommes tous kenyans et que nous ne pouvons pas être séparés par l'homme", a salué le ministre de l'Intérieur kenyan, Joseph Nkaissery. Pour le gouverneur local, cité par le journal Daily Nation, ils ont évité un massacre. Affiliés à Al-Qaïda, les islamistes somaliens ont mené plusieurs attaques en territoire kenyan ces derniers mois, épargnant souvent les musulmans pour ne tuer que les chrétiens.

Des vêtements religieux distribués aux non-musulmans

Lundi, les passagers musulmans de ce bus "ont refusé de se séparer des non-musulmans" après avoir été forcés à descendre, "et ont dit aux assaillants de tuer tous les passagers ou de partir", a expliqué le gouverneur au Daily Nation. "Nous avons même donné aux non-musulmans des vêtements religieux pour qu'ils ne soient pas identifiés facilement", explique un passager à Reuters.

"Une personne a tenté de s'enfuir en courant et a été abattue", raconte au Daily Nation un autre témoin, qui explique que les passagers ont pu prendre la fuite quand leurs assaillants ont été distraits par l'arrivée d'un camion. La seconde victime était le passager de ce véhicule.

Le Kenya est l'une des cibles privilégiées des shebabs en raison de leur participation, depuis 2011, à la force de l'Union africaine en Somalie. Ils sont notamment responsables de l'attaque qui avait fait 67 morts dans un centre commercial de Nairobi en septembre 2013, et ont tué plus de 400 personnes dans le pays depuis cette date.

Vous êtes à nouveau en ligne