Kenya : le désarroi du bidonville de Kibera

FRANCE 2

Après la démolition de dizaines de milliers de maisons au Kenya, c'est l'indignation qui règne. Une partie d'un quartier a été rasé par les bulldozers pour construire une route. Plus de 30 000 personnes se retrouvent aujourd'hui à la rue.

Kibera est un immense bidonville, et désormais une large cicatrice de la ville de Nairobi, au Kenya : le tracé d'une future route au coeur de la ville. "Ils sont venus très tôt le matin, à 5 heures environ, ils ont commencé à tout détruire, témoigne un habitant. On a été prévenus très peu de temps à l'avance".

2 000 cabanes détruites sous protection policière et militaire

Le 23 juillet dernier, des bulldozers mandatés par le gouvernement se sont chargés de raser Kibera. Sous protection policière et militaire, 2 000 cabanes sont détruites. Les habitants ont tenté de sauver tout ce qui peut l'être. Désormais, cet habitant cuisine dehors. Comme tous les autres résidents, il reconnait avoir été prévenu 14 jours avant l'arrivée des bulldozers, mais jusqu'au bout, il a refusé d'y croire. Le gouvernement, lui, explique que ces terrains sont publics, et que ces cahutes ont été illégalement construites. Kibera est aujourd'hui le plus grand bidonville d'Afrique de l'Est, avec des centaines de milliers d'habitants, mais aucun titre de propriété. Les 30 000 résidents affectés par les démolitions ne recevront donc a priori aucune compensation. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne