Kenya : l'armée déployée dans le nord après les exactions de groupes armés

Les forces de l\'ordre kenyanes procèdent à l\'évacuation des corps des policiers tués samedi 11 novembre dans la région de Baragoi, dans le nord du pays, le 13 novembre 2012.
Les forces de l'ordre kenyanes procèdent à l'évacuation des corps des policiers tués samedi 11 novembre dans la région de Baragoi, dans le nord du pays, le 13 novembre 2012. (SIMON MAINA / AFP)

Des voleurs de bétail mettent une partie du pays à feu et à sang depuis la fin octobre.

Le président du Kenya a annoncé, mardi 13 novembre, l'envoi de l'armée dans le nord du pays. Elle doit soutenir la police pour tenter de mettre fin aux agissements de voleurs de bétail lourdement armés, qui ont massacré 42 policiers samedi.

Le bilan officiel de l'embuscade tendue par les voleurs est de 32 morts et sept disparus, mais un responsable de la police a affirmé à l'AFP que 42 policiers avaient été tués sur le territoire de Baragoi, dans une zone aride et reculée du nord du Kenya. Le groupe, actuellement recherché par la police, est soupçonné d'avoir déjà tué 13 personnes pendant un raid le 30 octobre. 

Si les affrontements liés au bétail ou aux accès à l'eau sont fréquents dans cette région, cette fois la nature des armes utilisées (grenades et fusils automatiques) inquiète les autorités. L'arrivée des forces armées a provoqué la fuite des centaines d'habitants, inquiets des violences qui pourraient suivre. Près de 3 000 personnes auraient quitté la région de Baragoi. 

Vous êtes à nouveau en ligne