Hollande juge "tout à fait inacceptable" la situation politique au Congo

Ban Ki-moon (à g.), le secrétaire général de l\'ONU, et François Hollande, à Paris, le 9 octobre 2012.
Ban Ki-moon (à g.), le secrétaire général de l'ONU, et François Hollande, à Paris, le 9 octobre 2012. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le président de la République française doit se rendre à Kinshasa ce week-end pour le sommet de la Francophonie.

AFRIQUE – A quelques jours de la venue de François Hollande en République démocratique du Congo (RDC) pour le sommet de la Francophonie, le ton monte entre Paris et Kinshasa, mardi 9 octobre.

Le président de la République française a fait une sortie remarquée dans la matinée sur la situation politique en RDC. "La situation dans ce pays est tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. 

François Hollande veut rencontrer l'opposition ce week-end

La réponse congolaise ne s'est pas faite attendre : un porte-parole du gouvernement a jugé à la mi-journée que la déclaration de François Hollande ne correspondait à "aucune réalité""Je voudrais d'abord insister sur le fait que c'est au peuple congolais d'accepter ou ne pas accepter une situation au Congo", a-t-il ajouté.

Cet échange d'amabilités intervient alors que la RDC organise, du 12 au 14 octobre, le sommet de la Francophonie. Il devrait se dérouler dans un climat tendu, l'opposition congolaise appelant à la contestation. Après avoir hésité cet été, François Hollande a finalement décidé de se rendre à Kinshasa, où il a promis de rencontrer "l'opposition politique, les militants associatifs, la société civile" et de "tout dire partout".