Guinée-Bissau : l'opposant Umaro Sissoco Embalo remporte la présidentielle, son adversaire dénonce des "fraudes"

Umaro Sissoco Embalo, photographié le 28 décembre 2019 à Bissau, a été proclamé vainqueur de l\'élection présidentielle.
Umaro Sissoco Embalo, photographié le 28 décembre 2019 à Bissau, a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle. (SEYLLOU / AFP)

Agé de 47 ans, le nouveau président a remporté 53,55% des voix, contre 46,45% pour Domingos Simoes Pereira.

Le candidat de l'opposition en Guinée-Bissau, l'ancien Premier ministre Umaro Sissoco Embalo, a été proclamé, mercredi 1er janvier, vainqueur de l'élection présidentielle. Une victoire contestée par son adversaire du parti majoritaire, Domingos Simoes Pereira, qui dénonce des "fraudes".

Umaro Sissoco Embalo, 47 ans, a comblé un retard de 12 points concédé à son adversaire lors du premier tour et remporté 53,55% des voix dimanche dernier, contre 46,45% pour Domingos Simoes Pereira, a annoncé la Commission électorale nationale (CNE). Des scènes de joie ont immédiatement éclaté à proximité de l'hôtel, sous très haute surveillance policière, où les résultats ont été proclamés.

Concert de klaxons et de casseroles

"Les résultats provisoires qui viennent d'être proclamés sont pleins d'irrégularités, de nullité et de manipulations, qui [constituent] une fraude électorale. Un tel résultat, nous ne pouvons pas l'accepter", a déclaré devant des militants au siège de son parti Domingos Simoes Pereira, alors que les supporters d'Umaro Sissoco Embalo fêtaient la victoire dans le centre de la capitale Bissau à grands coups klaxons et de concerts de casseroles.

"Je serai un président de la concorde nationale", a pour sa part assuré Umaro Sissoco Embalo. "L'euphorie de la campagne est terminée. J'ai besoin de tous les Bissau-Guinéens pour faire une nouvelle Guinée-Bissau", a-t-il ajouté depuis son siège de campagne.

De son côté, l'ONU a exhorté "tous les militants à continuer de faire preuve de retenue pendant la période post-électorale" et a félicité la Commission électorale nationale "pour la conduite exemplaire du processus électoral".

Vous êtes à nouveau en ligne