Génocide rwandais: rapport "inacceptable" pour la France

(Radio France © France Info)

Le quai d'Orsay a réagi aujourd'hui à la publication du rapport rwandais qui en cause la France dans le génocide de 1994. Elle déplore des "accusations inacceptables" à l'encontre des responsables français de l'époque. Une brouille qui vient interrompre le réchauffement entre Paris et Kigali.

François Mitterrand, Edouard Balladur, Alain Juppé, Dominique de Villepin etc. La liste d'accusation est longue. Au total, 33 anciens responsables français sont mis en cause dans le rapport rwandais sur le génocide rwandais qui a fait 800.000 morts en 1994 chez les Tutsie et les Hutus modérés (lire notre article).
_ Au lendemain de la publication du document, la France a réagi par la voix du ministère des Affaires étrangères : “Il y a dans ce rapport des accusations inacceptables portées à l'égard de responsables politiques, militaires et diplomates français”, s'insurge un officiel.

La publication de ce rapport tombe alors même que les relations franco-rwandaises se réchauffaient quelque peu. Kigali a rompu les relations diplomatiques il y a deux ans, à cause de l'enquête du juge Bruguière sur la mort de l'ancien président Juvénal Habyarimana. Le magistrat demandait la comparution de l'actuel président Paul Kagamé.

Au Quai d'Orsay, les services français s'affirment toujours déterminés à “construire une nouvelle relation avec le Rwanda, au-delà de ce passé difficile”. Une déclaration qui pourrait bien relever du voeu pieux si la justice rwandaise poursuit les anciens responsables français, comme elle a menacé de le faire.

Grégoire Lecalot, avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne