Gbagbo-Bédié : vers une nouvelle alliance électorale en Côte d’Ivoire contre le président Ouattara

Les ex-présidents ivoiriens Henri Konan Bédié (à gauche) et Laurent Gbagbo (à droite) lors d\'une rencontre  à Yamoussoukro, le 4 mars 2008.
Les ex-présidents ivoiriens Henri Konan Bédié (à gauche) et Laurent Gbagbo (à droite) lors d'une rencontre  à Yamoussoukro, le 4 mars 2008. (ISSOUF SANOGO / AFP)

On assiste depuis quelques mois à une recomposition de la scène politique ivoirienne depuis la rupture entre le président Ouattara et son principal allié Henri Konan Bédié. Ce dernier évoque désormais une alliance électorale avec Laurent Gbagbo.

A deux ans de la présidentielle ivoirienne de 2020, l’ex-président Bédié a décidé d’accélérer les choses. Pour la première fois, il évoque une alliance électorale avec l’ex-président Laurent Gabgbo. Il affirme même avoir obtenu son accord pour réunir leurs forces contre le camp du président Alassane Ouattara.

"Je l’ai informé et il m’a donné son accord pour contacter le Front populaire ivoirien", a déclaré Henri Konan Bédié dans une interview à la chaîne de télévisions française France 24.

"J'espère vivement qu'il soit libéré"

Le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo est considéré comme la troisième force politique ivoirienne. L’annonce de son rapprochement avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), principal parti d’opposition, marquerait un tournant décisif dans la politique ivoirienne. Henri Konan Bédié compte sur le retour à Abidjan de son ancien frère ennemi, Laurent Gbagbo, pour préparer la campagne de la présidentielle de 2020.

"J’espère vivement qu’il soit libéré. Cela fait sept ans que Laurent Gbagbo est en prison. Quels que soient les crimes qu’il a commis, cela suffit pour la justice", a-t-il plaidé au micro de France 24.

Mon ambition, c'est de revenir chez-moi, en Côte d'Ivoire. J'ai déjà fait acheter des matelas pour remplacer ceux qu'on m'a volés dans ma petite maison du village.Laurent Gbagboau journaliste François Mattei

Jugé depuis sept ans par la Cour pénale internationale de la Haye, Laurent Gbagbo n’a jamais caché son intention de peser sur la vie politique de son pays. Il l’a dit au journaliste et écrivain François Mattei qui lui a rendu visite dans sa prison de La Haye. Notre confrère vient de publier un livre-entretien (Pour la vérité et la justice, aux éditions Max Milo) avec l’ex-président ivoirien.

"Evidemment, Gbagbo redescendra dans l’arène politique qu’il n’a d’ailleurs jamais quittée. Il a intégré la prison dans son combat politique. Il a été opposant politique pendant 20 ans. Il pense qu’il a une mission pour la Côte d’Ivoire", a déclaré François Mattei à RFI. Les contacts engagés entre le PDCI de Bédié et le FPI de Gbagbo, en vue de la création d’une nouvelle plateforme électorale contre Alassane Ouattara, ont été confirmés par un porte-parole du Front populaire ivoirien.

Main tendue à Guillaume Soro

L’opposant Henri Konan Bédié souhaite associer à sa démarche une autre figure de proue de la scène politique ivoirienne. Il a tendu la main au président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro. Membre du parti au pouvoir. Ce dernier est réputé être en froid avec le président Alassane Ouattara.

Vous êtes à nouveau en ligne