En Gambie, le président Barrow annonce la prolongation de l'état d'urgence contre le Covid-19

Depuis la fin mars 2020, l\'état d\'urgence sanitaire a été instauré en Gambie, comme dans la capitale Banjul, où les rues étaient presque vides le 4 avril.
Depuis la fin mars 2020, l'état d'urgence sanitaire a été instauré en Gambie, comme dans la capitale Banjul, où les rues étaient presque vides le 4 avril. (YUSUPHA SAMA / ANADOLU AGENCY)

Bien qu'elles soient lourdes à supporter pour les plus pauvres, les mesures de confinement sont prolongées en Gambie, pays jusqu'ici peu touché par le nouveau coronavirus. 

Alors que plusieurs pays africains relâchent progressivement l'étau du confinement dû à la pandémie de Covid-19 venue de Chine, le président gambien Adama Barrow a annoncé le 19 mai 2020 une prolongation de 21 jours de l'état d'urgence dans son pays. Une décision qui maintient des mesures exceptionnelles pour combattre le nouveau coronavirus, comme le confinement et la fermeture de certains marchés, dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.

"Une question de survie"

Invoquant dans une allocution télévisée les pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, M. Barrow a donc contourné le refus, opposé quelques jours plus tôt par le Parlement, à une demande de prolongation de 45 jours présentée par l'exécutif. L'état d'urgence est finalement prolongé de trois semaines.

Le président gambien a affirmé avoir conscience de l'impact des restrictions imposées sur la vie des Gambiens, surtout pour les plus fragiles économiquement, mais il a estimé que la lutte contre la pandémie était "une question de survie". Il a cité l'avis d'experts de santé selon lesquels, en l'absence de mesures appropriées, plus de 180 000 personnes seraient contaminées et plus de 9 000 pourraient mourir. La Gambie, avec une population estimée à deux millions de personnes, a officiellement déclaré 24 cas de contamination et un décès.

L'état d'urgence y remonte au 26 mars. Il avait déjà été prolongé par le Parlement le 3 avril. Pour se protéger contre le Covid-19, les autorités ont aussi lancé une campagne de tests massive début mai.

De son côté, l'économie gambienne est sévèrement affectée par la fermeture des frontières, le tourisme international constituant l'une des principales sources de revenus avec l'agriculture et l'argent envoyé par les Gambiens vivant à l'étranger.

Vous êtes à nouveau en ligne