Le Gabon zappe France 2 pendant un an après la diffusion d'un documentaire sur Ali Bongo

Ali Bongo, le président du Gabon, le 14 juillet 2018.
Ali Bongo, le président du Gabon, le 14 juillet 2018. (SERGEY MAMONTOV / AFP)

La Haute autorité de la communication gabonaise (HAC) a annoncé cette suspension lors de la lecture d'un communiqué sur une chaîne publique du pays.

France 2 est bannie temporairement du Gabon. Le pays a suspendu pour un an la diffusion de la chaîne publique française, accusée d'avoir rediffusé un documentaire critique sur le président Ali Bongo. Mercredi 22 août, la Haute autorité de la communication gabonaise (HAC) a annoncé cette suspension lors de la lecture d'un communiqué sur une chaîne publique du pays. La HAC "s'interroge sur l'opportunité" pour France 2 "de rediffuser la veille du 17 août (fête de l'indépendance) un documentaire subversif sur le Gabon".

Un portrait peu flatteur de la famille Bongo

Lors de sa première diffusion en juillet 2017, le documentaire Le clan Bongo, une histoire française avait créé la polémique dans le pays d'Afrique centrale. Le film dresse un portrait peu flatteur de l'actuel président Ali Bongo, fils d'Omar Bongo, président pendant plus de quarante ans et anciens piliers de la Françafrique. Le reportage y donne la parole à l'ancien PDG de la compagnie pétrolière française Elf Aquitaine, Loïk Le Floch-Prigent, qui affirmait qu'un accord secret réservait 18% des actions d'Elf Gabon à Omar Bongo, en plus des bonus.

C'est un "signal inquiétant", a réagi jeudi Reporters sans frontières (RSF) dans un communiqué. L'ONG, qui défend la liberté de la presse, estime qu'"en suspendant des médias qui enquêtent sur des sujets d'intérêt général, la Haute autorité gabonaise de la communication se pose en défenseur des intérêts du régime au lieu de défendre la liberté de la presse garantie par la constitution".

Vous êtes à nouveau en ligne