Gabon : Jean-Marc Ayrault affirme que "l'examen des recours n'a pas permis de lever tous les doutes"

Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, le 23 septembre 2016.
Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, le 23 septembre 2016. (KENA BETANCUR / AFP)

La Cour constitutionnelle gabonaise a validé samedi 24 septembre la réélection d'Ali Bongo Ondimba, et rejeté le recours de son rival Jean Ping. La France, à travers la voix de Jean-Marc Ayrault, estime dans un communiqué que tous les doutes ne sont pas levés. 

Alors que la Cour constitutionnelle gabonaise a validé la réélection d'Ali Bongo Ondimba à la présidence du pays, "la France constate que l'examen des recours n'a pas permis de lever tous les doutes" a réagi le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault dans un communiqué.

"La France estime que les autorités du Gabon ont la responsabilité première de prendre les initiatives qui restaurent la confiance des Gabonais en leurs institutions et n'éloignent pas le Gabon des normes internationales en matière de droits de l'homme et d'État de droit", poursuit le communiqué.

Après la décision de la Cour constitutionnelle, l'opposant gabonais Jean Ping a dénoncé samedi 24 septembre "un déni de droit", répétant qu'il était le "président clairement élu".

Vous êtes à nouveau en ligne