VIDEO. "On n’est pas sur une action vaine" estime le Youtubeur Simon Puech, de retour d’un voyage humanitaire au Tchad

BRUT

Le Youtubeur Simon Puech s’est rendu en Afrique pour sensibiliser le grand public à la question de la malnutrition des enfants aux Tchad. Aujourd’hui, il a un message à faire passer.

"Je ne comprends pas que ces gens qui ont la chance d’être en vie, n’aient en revanche, pas la chance de pouvoir en profiter autant que nous, tout ça parce qu’ils ne sont pas nés, forcément, au bon endroit", regrette Simon Puech.

Ce jeune vidéaste s’est rendu récemment en Afrique dans le cadre d’un voyage humanitaire. À son échelle, il tient à sensibiliser le grand public sur la question de la malnutrition des enfants aux Tchad.

Ce sont des enfants "gravement, gravement sous-alimentés" qui ont croisé son chemin. "Ils souffrent de malnutrition sévère aiguë, qui est la pire forme de malnutrition". Cette maladie extrêmement grave peut, en plus, en entraîner d’autres. "Leur système vital tourne au ralenti, du coup, potentiellement, ils chopent aussi beaucoup plus facilement des maladies et tout peut aller très vite", dit Simon Puech.

Il voit donc, dans les interventions des associations humanitaire, un véritable soutient qu’il ne faut pas négliger. Simon Puech a d’ailleurs pu accompagner l’association humanitaire Médecins Sans Frontières dans une de leurs missions d’urgence. "On n’est pas sur une action vaine, il y a réellement des enfants qui seraient morts sans ces personnes-là."

Il précise également qu'encore 35 % des décès des moins de 5 ans dans le monde sont causés par la malnutrition sévère aiguë.

Un simple partage, c’est participer à faire comprendre et à sensibiliser sur tout ce qui se passe ici.

Simon Puech

à Brut

Pour Simon Puech, il est possible d’agir et ce n’est pas si compliqué. "On pense surtout qu’à notre échelle individuelle on ne peut rien faire, que partager n’aura réellement pas beaucoup d’impact mais c’est complètement faux", estime-t-il.

En effet, le Youtubeur voit dans les réseaux sociaux, entre autres, une force dont nous devrions faire plus usage. "Vous avez plus d’influence à vous seul que vos parents, vos grands-parents, et toute votre famille avant, réunie, n’a jamais eu grâce aux réseaux sociaux", lance le vidéaste. 

Vous êtes à nouveau en ligne