VIDEO. Les girafes menacées d'"extinction silencieuse"

BRUT

En Afrique, le nombre de girafes a diminué de 40 % entre 1985 et 2015.

Il aura fallu attendre 2016 pour que les girafes soient classées comme espèce "vulnérable". En effet, entre 1985 et 2015, sa population a diminué de 40 %. En cause : l'extension des terres agricoles mais surtout la chasse pour leur viande. Symon Masiaine, coordinateur d'un programme d'étude et de protection des girafes souligne que peu d'études ont été faites sur les girafes, contrairement aux lions ou aux éléphants. 

Il aura ainsi fallu attendre 2018 pour connaître la situation de certaines sous-espèces sur les 30-40 dernières années. Par exemple, la girafe nubienne originaire d'Afrique du Nord a vu sa population chuter de 97 % ou encore la girafe réticulée - surtout présente en Somalie - de 56 %.

Plus de contrôle ?

Face à ces chiffres alarmants, six pays africains dont le Tchad et le Kenya souhaitent réguler le commerce international de l'espèce pour limiter le nombre d'animaux tués. La proposition est actuellement étudiée dans le cadre d'une réunion tenue à Genève du 17 août au 28 août 2019. Normalement, ce genre de restriction n'est pas appliquée sur des espèces simplement classées comme "vulnérables". Mais les soutiens de la proposition invoquent le principe de "précaution" et soulignent qu'une classification obligerait les pays membres à récolter des données sur les exportations et donc à faire plus de recherches.

Aujourd'hui, il reste environ 68 000 girafes adultes dans le monde.

Vous êtes à nouveau en ligne