Congo : Total accusé de mettre en péril la biodiversité du plus vieux parc naturel d'Afrique

Des babouins vus dans le parc des Virunga (RDC), le 17 juin 2014.
Des babouins vus dans le parc des Virunga (RDC), le 17 juin 2014. (JUNIOR D. KANNAH / AFP)

Le groupe Total est accusé de mettre en danger la biodiversité en République démocratique du Congo, en cherchant du pétrole près du parc des Virunga. Depuis le lancement des recherches pétrolières, certains affirment avoir constaté l'aggravation des conflits et du braconnage.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Comment les multinationales basées en France respectent-elles l'environnement dans le monde ? C'est la question qu'est venue poser mercredi 29 mai Florence Sitwaminya, une militante congolaise, lors de l'assemblée générale des actionnaires de l'entreprise Total. Le groupe pétrolier détient un permis de recherche de pétrole près du parc des Virunga, plus vieux parc naturel d'Afrique, situé à l'est de la République démocratique du Congo

Des réserves pétrolières dans les sols

C'est une réserve de biodiversité, un refuge pour les gorilles et les éléphants. Mais son sous-sol abrite des réserves pétrolières qui intéressent les compagnies du monde entier. Si Total détient un permis de recherche qui couvre en partie une zone du parc, l'entreprise a promis de ne pas y entrer.

Mais Florence Sitwaminya, coordinatrice du centre de recherche sur l'environnement la démocratie et les droits de l'homme à Goma, n'est pas rassurée. "Les effets de la pollution peuvent atteindre facilement les écosystèmes du parc des Virunga", explique-t-elle.

Si les eaux de la rivière Semliki atteignaient cette pollution, ça serait toute l’hydrographie même du bassin qui serait affectée.Florence Sitwaminyaà franceinfo

Depuis plus de dix ans, les conflits et le braconnage se sont développés aussi dans le secteur. Pour la militante congolaise, la violence est aggravée par les recherches pétrolières : "Les jeunes se disaient qu’ils n’avaient pas été suffisamment consultés, mais aussi la communauté des pygmées, qui disait qu'elle n'avait pas été représentée. Ils se demandent si cette exploration ou l’exploitation du pétrole par Total ne va pas attirer des conflits dans la communauté"

Respecter les communautés autour du parc

La militante a demandé à Total de garantir le respect de toutes les communautés qui vivent près du parc des Virunga. La récente loi française permet aux défenseurs de l'environnement de poursuivre en justice ces multinationales si elles ne respectent pas ces droits : "Jusqu’ici, Total se lavait les mains en disant ‘moi je suis Total en France, et je suis une entité tout à fait distincte de Total en RDC’", explique Juliette Renaud, chargée de campagne senior sur la Régulation des multinationales aux Amis de la Terre. "Maintenant c’est dans la loi, il y a une reconnaissance de cette responsabilité des maisons mères des multinationales qui sont basées en France sur les activités de leurs filiales, sous-traitants, fournisseurs. Elles vont devoir en répondre devant les juges français, car on a ce devoir de vigilance, ce devoir de prévention", déclare-t-elle.

Pour l'instant, les militants cherchent les cas les plus problématiques avant de porter l'affaire devant un juge. Ils souhaitent qu'un traité sur le devoir de vigilance des multinationales soit aussi adopté au niveau international.

Reportage d'Anne-Laure Barral
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne