Enfants soldats : 14 ans de prison pour un ancien chef de milice congolais

L\'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga devant la CPI, le 10 juillet 2012 à La Haye (Pays-Bas).
L'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga devant la CPI, le 10 juillet 2012 à La Haye (Pays-Bas). (JERRY LAMPEN / AFP)

Thomas Lubanga a été jugé par la Cour pénale internationale, qui a prononcé sa première condamnation depuis son entrée en fonction en 2003. 

La Cour pénale internationale (CPI) a condamné, mardi 10 juillet, à 14 ans de prison l'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga, pour l'enrôlement d'enfants soldats, prononçant ainsi sa première condamnation depuis son entrée en fonction à La Haye (Pays-Bas) en 2003.

Thomas Lubanga, 51 ans, était jugé pour avoir utilisé des enfants soldats lors de la guerre civile en Ituri en 2002-2003, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). La milice de Lubanga est soupçonnée d'avoir massacré des centaines de civils sur des bases ethniques. En détention provisoire depuis 2006, il avait été reconnu coupable, le 14 mars, de crimes de guerre. Une peine de trente ans de prison avait été requise le 13 juin par le bureau du procureur à son encontre.

Six pays prêts à accueillir Lubanga

Les juges ont accordé à l'ex-chef de milice une circonstance atténuante. Ils ont reconnu sa "coopération constante avec la Cour tout au long de la procédure alors que le comportement de l'accusation le soumettait à une pression constante et injustifiée". La Cour devra désigner l'endroit où Thomas Lubanga purgera sa peine. Elle choisira l'un des six pays qui ont déclarés être prêts à accueillir des condamnés de la CPI : le Mali, la Serbie, la Grande-Bretagne, la Belgique, l'Autriche et la Finlande.

Vous êtes à nouveau en ligne