VIDEO. Hollande juge que la violence en Egypte n'est "pas acceptable"

Le chef de l'Etat a plaidé pour que des élections soient organisées rapidement en Egypte afin de permettre au pays de sortir de la crise par une solution politique.

Les affrontements entre les islamistes et les forces de sécurité ont fait 830 morts en quatre jours en Egypte. François Hollande a jugé que le niveau de ces violences n'était "pas acceptable". Le chef de l'Etat a souhaité des élections "dans un délai rapide", à l'issue d'un entretien avec le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud Al-Fayçal, dimanche 18 août.

Sur le perron de l'Elysée, le président a souligné que "si la liberté de manifester doit être respectée, la sécurité aussi". Et il a aussi évoqué le "devoir" des pays qui ont "une relation de confiance et d'amitié [avec l'Egypte] de tout faire pour que les violences cessent", que "le dialogue politique puisse être engagé et que le peuple égyptien puisse s'exprimer" dans les urnes.

Le socialiste a évoqué la "commune responsabilité" des "pays arabes, [de] l'Europe et [de] la France" pour que "les autorités politiques égyptiennes prennent la feuille de route [de l'armée] comme référence pour les semaines qui viennent et permettent ainsi l'organisation d'élections dans un délai rapide".

Vous êtes à nouveau en ligne