VIDEO. Egypte : les Frères musulmans risquent de "retrouver les méthodes du jihad"

France 2

Antoine Basbous, président de l'Observatoire des pays arabes, interviewé par France 2 ce lundi, revient sur les relations entre le général Al-Sissi, homme fort de l'Egypte, et le président déchu Mohamed Morsi.

Abdel Fattah Al-Sissi, le chef de l'armée égyptienne, avait été choisi par le président destitué Mohamed Morsi pour diriger les renseignements militaires. Mais une fois au pouvoir, le général Al-Sissi, un homme pieux, s'est avéré être un pur produit de l'armée, défendant la vision et les intérêts de l'armée et pas de la confrérie des Frères musulmans, à laquelle appartient le président déchu, selon Antoine Basbous, président de l'Observatoire des pays arabes interviewé par France 2, lundi 19 août.

Selon le spécialiste, l'armée égyptienne a toujours voulu un régime nationaliste et non pas islamiste. Pour Antoine Basbous, il y aura un vainqueur et un vaincu dans ce conflit égyptien, et les Frères musulmans risquent de se réfugier dans la clandestinité pour retrouver les méthodes du jihad du début des années 90. Mohamed Morsi, destitué par l'armée le 3 juillet, est sous le coup d'un nouveau chef d'inculpation pour "complicité de meurtre et de torture" sur des manifestants protestant devant le palais présidentiel fin 2012, selon des sources judiciaires égyptiennes.

Vous êtes à nouveau en ligne