Le Premier ministre israélien a réclamé le silence à ses ministres sur l'Egypte

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem (Israël), le 4 août 2013.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem (Israël), le 4 août 2013. (GALI TIBBON / AFP)

Objectif : préserver les liens de l'Etat hébreux avec l'armée égyptienne, stratégiques face au développement des groupes islamistes au Sinaï.

 

Pas de réaction publique sur les événements en cours en Egypte. La consigne du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à ses ministres est très claire. Objectif : préserver les liens de l'Etat hébreu avec l'armée égyptienne, stratégiques face au développement des groupes islamistes au Sinaï.

Les troubles qui affectent les Etats arabes constituent un "tremblement de terre stratégique" et l'instabilité qui en découle devrait durer longtemps, a par exemple prudemment déclaré le ministre israélien de la Défense, après le "vendredi de la colère" meurtrier. La veille, le cabinet du Premier ministre israélien avait transmis la consigne de silence aux ministères par téléphone, témoigne un responsable israélien sous couvert d'anonymat.

L'Egypte est avec la Jordanie le seul Etat arabe à avoir conclu un accord de paix avec Israël. L'importance stratégique du traité de 1979, outre la sortie de l'isolement régional de l'Etat hébreu, se manifeste dans la lutte contre les trafics d'armes à destination de la bande de Gaza, contrôlée depuis 2007 par les islamistes du Hamas.

 

Vous êtes à nouveau en ligne