Egypte : la justice ferme Al Jazeera et la télévision des Frères musulmans

Les autorités égyptiennes reprochent notamment à Al-Jazeera Egypte la diffusion, le 3 juillet 2013, de cette vidéo du président déchu, Mohamed Morsi.
Les autorités égyptiennes reprochent notamment à Al-Jazeera Egypte la diffusion, le 3 juillet 2013, de cette vidéo du président déchu, Mohamed Morsi. (MUSLIM BROTHERHOOD OFFICE / AFP)

Les autorités reprochent à ces chaînes de couvrir de façon partiale les récents évenements dans le pays.

Cette fois-ci, la mesure est définitive. La justice égyptienne a ordonné, mardi 3 septembre, la fermeture de quatre chaînes de télévision : Al Jazeera Egypte, la chaîne des Frères musulmans Ahrar 25, Al-Quds et Al-Yarmouk. Quelques heures après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet, la diffusion d'Ahrar 25 et d'autres chaînes avait été interrompue.

Cette décision n'est pas une surprise. La chaîne satellitaire qatarie Al-Jazeera a récemment évoqué une "campagne" menée contre elle. Ses locaux égyptiens ont été fouillés dès le 3 juillet, après qu'elle a diffusé une vidéo dans laquelle Mohamed Morsi se disait le seul président "légitime" d'Egypte juste après sa destitution par les militaires.

Al Jazeera accusée de prendre le parti des islamistes

Dimanche, trois journalistes indépendants étrangers travaillant pour la chaîne qatarie en anglais ont été expulsés d'Egypte. Un correspondant d'Al Jazeera en langue arabe, Abdallah Al-Chami, et un caméraman de la station égyptienne de la chaîne satellitaire, Mohamed Badr, ont également été détenus pendant plus d'un mois, selon la chaîne.

Les autorités et les médias locaux accusent Al Jazeera de couvrir de façon partiale les événements sanglants qui ont suivi la destitution du président Morsi à la suite de manifestations monstres réclamant son départ.

Vous êtes à nouveau en ligne