Egypte : un groupe jihadiste revendique l'attentat contre le siège de la police à Mansoura

Le QG de la police de Mansoura dans le nord de l\'Egypte, visé par une attaque à la voiture piégée, le 24 décembre 2013.
Le QG de la police de Mansoura dans le nord de l'Egypte, visé par une attaque à la voiture piégée, le 24 décembre 2013. (MAHMOUD KHALED / AFP)

L'attaque à la voiture piégée avait fait 15 morts dont 14 policiers, mardi 24 décembre.

Le gouvernement de transition en Egypte avait accusé les Frères musulmans. Mais, mercredi 25 décembre, Ansar Beit al-Maqdess, un groupe jihadiste basé dans le Sinaï égyptien qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda, a revendiqué dans un communiqué l'attentat sanglant de la veille à Mansoura, dans le nord du pays.

Quinze morts dont 14 policiers

Le bâtiment de police de la ville de Mansoura a été soufflé, mardi 24 décembre, par une explosion dans la nuit. La voiture piégée a tué 15 personnes dont un civil et blessé une centaine de personnes. Les autorités intérimaires, au pouvoir depuis que Mohamed Morsi a été chassé du pouvoir en juillet, avait dénoncé une tentative d'entraver la transition promise par l'armée. 

Peu après, un conseiller du Premier ministre Hazem Al-Beblawi affirmait que le chef du gouvernement avait qualifié les Frères musulmans d'"organisation terroriste". La confrérie avait pourtant été prompte à condamner l'attentat. 

(LUCIE CHAUMETTE / FRANCE 2)

L'ancien premier ministre de Morsi arrêté

Dans la foulée, l'ancien Premier ministre du président islamiste Mohamed Morsi, Hicham Qandil a été arrêté alors qu'il tentait de fuir au Soudan, selon le ministère de l'Intérieur. Il avait été condamné fin septembre à un an de prison ferme pour n'avoir pas fait exécuter un jugement qui annulait la privatisation d'une compagnie publique dans les années 1990.

La revendication jihadiste

Dans un communiqué posté sur des forums jihadistes, le groupe affirme : "Vos frères d'Ansar Beit al-Maqdess, grâce à Dieu, ont pu viser le QG de la police de Daqahleya, un des repaires des apostats et des tyrans qui mènent la guerre contre l'Islam et les musulmans."

Le texte fait ensuite l'éloge du kamikaze qui a mené l'attaque, l'une des plus meurtrières en Egypte depuis la destitution de Mohamed Morsi début juillet. Ansar Beit al-Maqdess a revendiqué plusieurs d'entre elles, dont la plus spectaculaire avait été en septembre une opération suicide contre le convoi du ministre de l'Intérieur qui en était sorti indemne.

Vous êtes à nouveau en ligne