Egypte : un attentat à la voiture piégée fait 14 morts

La foule devant le bâtiment de la police de Mansoura (Egypte), visé par un attentat à la voiture piégée, le 24 décembre 2013.
La foule devant le bâtiment de la police de Mansoura (Egypte), visé par un attentat à la voiture piégée, le 24 décembre 2013. ( REUTERS)

Le chef du gouvernement a qualifié les Frères musulmans, soupçonnés d'avoir perpétré l'attaque, "d'organisation terroriste".

L'explosion d'une voiture piégée a tué 14 personnes, mardi 24 décembre en Egypte. L'attentat a eu lieu contre un bâtiment de la police à Mansoura, chef-lieu de la province de Daqahleya, dans la région du delta du Nil, dans le nord du pays.

La majorité des victimes sont des policiers. Des sources de sécurité ont précisé que le général Sami El-Mihi, chef de la sécurité de la province, avait été blessé tandis que deux de ses collaborateurs figuraient parmi les morts. L'explosion a été ressentie à quelque 20 kilomètres à la ronde.

APTN

Les autorités intérimaires au pouvoir depuis la destitution de Mohamed Morsi en juillet ont dénoncé une tentative d'entraver la transition promise par l'armée.

Les Frères musulmans qualifiés "d'organisation terroriste"

Le Premier ministre égyptien a qualifié les Frères musulmans, la confrérie du président déchu, soupçonnée d'être à l'origine de l'attaque, d'"organisation terroriste". Cette déclaration, à forte portée politique à l'approche du référendum que les Frères musulmans ont appelé à boycotter, ne devrait toutefois pas entraîner de conséquences dans l'immédiat pour la confrérie, déjà interdite en vertu d'une décision de justice.

Les nouvelles autorités, dirigées de facto par les militaires, accusent régulièrement la confrérie d'aider et de financer les auteurs des attaques contre les forces de l'ordre. Ces attaques sont quasi-quotidiennes depuis l'éviction du premier président élu démocratiquement en Egypte, le 3 juillet.

"Il n'y a rien de surprenant à ce que Beblawi, le Premier ministre-marionnette de la junte militaire, décide d'exploiter le sang des Egyptiens innocents avec des déclarations incendiaires destinées à créer plus de violence, de chaos et d'instabilité", ont rétorqué dans un communiqué les Frères musulmans, condamnant "dans les termes les plus forts" cet attentat.

Vous êtes à nouveau en ligne