Egypte : les lampes de sel de Siwa, une production artisanale

Moins célèbres que ceux de l'Himalaya, les luminaires artisanaux égyptiens sont de plus en plus recherchés par les amateurs de bien-être.

La fabrication des lampes de sel dans l'oasis de Siwa, à l'ouest de l'Egypte, à environ 600 km du Caire, connaît un bel essor. Même s'il n’existe aucune preuve scientifique de leur efficacité, certains estiment qu'elles sont censées améliorer la santé.

Le photographe Gehad Hamdy s'est rendu dans un atelier artisanal de Siwa. Sept de ses photos illustrent ce propos.

17
Siwa se trouve au centre d'une chaîne de petites oasis, situées au sein de la Dépression de Qattara, en bordure du désert libyen. Elle a été rendue fertile par le jaillissement de centaines de sources provenant de nappes souterraines. Trois grands lacs salés l'entourent. GEHAD HAMDY / AFP
27
L'industrie des lampes à sel s'y développe depuis plusieurs années, grâce à leur popularité grandissante dans le monde. Leur beauté et leur lumière douce et chaude fait l'unanimité. GEHAD HAMDY / AFP
37
Pour fabriquer ces lampes, les artisans recueillent le sel de roche. Le lac de Siwa est considéré comme l’un des plus importants lieux de guérison naturelle fréquentés par des personnes du monde entier. GEHAD HAMDY / AFP
47
La roche est découpée à l'aide d'une scie lourde pour créer de petites briques ou des tuiles pour l'habitat. Les morceaux restants servent à tailler manuellement des meubles et des objets de décoration sur mesures. GEHAD HAMDY / AFP
57
L'un des attraits de ces lampes est aussi leur effet supposé sur la santé. Beaucoup de personnes considèrent que les lampes à sel possèdent des vertus thérapeutiques particulières. GEHAD HAMDY / AFP
67
Cet effet serait obtenu grâce au sel, qui est une substance hygroscopique. Il absorbe l'humidité de l'air et atténue ainsi les allergies respiratoires et l'asthme. GEHAD HAMDY / AFP
77
Ces lampes permettraient aussi de neutraliser les rayonnements électromagnétiques et d'améliorer la qualité du sommeil. GEHAD HAMDY / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne