Egypte : le frère d’un ex-ministre condamné à 30 ans de prison pour vol d'antiquités

Statuettes trouvées dans un nouveau cimetière datant de la fin de la période pharaonique dans la ville de Minya, dans le sud de l\'Egypte, en férier 2018.
Statuettes trouvées dans un nouveau cimetière datant de la fin de la période pharaonique dans la ville de Minya, dans le sud de l'Egypte, en férier 2018. (SAMER ABDALLAH / DPA)

Les tentatives de faire sortir clandestinement des trésors archéologiques se sont multipliées après la chute d'Hosni Moubarak en 2011.

Un tribunal du Caire a condamné Raouf Ghali, le frère d’un ex-ministre, et trois de ses complices à de la de prison ferme pour avoir sorti clandestinement d'Egypte des milliers de pièces d'antiquité.

Un musée ambulant

L’affaire remonte à 2017. Cette année-là, la police italienne met la main sur un conteneur rempli d’antiquités : pièces d’or, figurines miniatures, masques de momies, poteries, céramiques, sarcophage en bois… Une sorte de petit musée ambulant à bord d’un bateau en provenance d’Alexandrie. Il y avait au total plus de 20 000 objets antiques appartenant à l’Egypte.

La complicité d’un diplomate italien

Les antiquités ont été sorties clandestinement par Raouf Ghali, frère de l'ancien ministre des Finances sous le régime d'Hosni Moubarak, comme l’affirme la justice égyptienne. Cette dernière vient de condamner le prévenu à 30 ans de prison ferme et une amende d'un million de livres égyptiennes (58 100 euros). Il avait trois complices, deux Egyptiens et l'ancien consul honoraire italien Ladislav Otakar Skakal. Le diplomate a déjà été condamné à 15 ans de prison par contumace en janvier dernier.

L'Egypte a rapatrié en 2018 les objets volés avec la coopération des autorités italiennes et a demandé à Interpol d'émettre une notice rouge à l'encontre de l'ancien diplomate italien, toujours introuvable.

Vous êtes à nouveau en ligne