Crash en Égypte : plusieurs hypothèses, mais aucune certitude

FRANCE 3

Les boîtes noires de l'A321 de la compagnie Metrojet, qui s'est écrasée ce samedi 31 octobre, ont été retrouvées. Jenna Le Bras fait le point sur la situation.

Ce samedi 31 octobre, un A321 russe de la compagnie Metrojet s'est crashé dans le Sinaï égyptien. Ce soir, "il est encore trop tôt pour connaître les circonstances exactes du drame qui a coûté la vie aux 224 personnes qui étaient à bord du vol 9 268. Il faut dire que le peu d'informations dont nous disposons ici au Caire sont à prendre avec beaucoup de précautions", explique Jenna Le Bras en direct du Caire (Égypte).

Revendication de l'EI

Le silence des autorités égyptiennes est assez troublant. Depuis le début de l'après-midi, en dépit des nouvelles pistes, elles ont choisi de coller à la version du problème technique évoqué par l'autorité de contrôle aérien en Égypte en tout début de matinée. "Pourtant de nouveaux éléments ont été suggérés tout au fil de la journée, notamment des problèmes de réacteurs, mais aussi une perte d'altitude et de vitesse extrêmement inquiétante juste avant la disparition de l'avion des radars de contrôles", poursuit la journaliste de France 3. De même, au milieu de la journée, il y a également eu une revendication de la branche égyptienne de l'État islamique qui a affirmé être responsable de cet accident.

Pour le moment aucune information n'est vraiment fiable. Il faudra attendre les analyses des boîtes noires pour vraiment comprendre ce qu'il s'est passé. L'urgence est aussi de retrouver les corps. Certains sont restés dans la carcasse de l'avion, mais d'autres sont aussi éparpillés sur un périmètre de cinq kilomètres sur les lieux de l'accident. Selon les autorités égyptiennes, une centaine d'entre eux aurait déjà été récupérée et est actuellement en cours de transfert à la morgue principale du Caire pour être autopsiés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne