Crash en Egypte : un bruit suspect détecté par une boîte noire

FRANCE 3

Selon les autorités égyptiennes, la thèse de l'attentat à la bombe n'est pas la seule piste plausible pour expliquer le drame qui a coûté la vie à 224 personnes.

Les autorités égyptiennes se sont exprimées deux fois ce samedi 7 novembre, une semaine après le crash d'un Airbus russe dans le désert du Sinaï. A aucun moment, les mots "attentat" et "bombe" n'ont été prononcés, bien que pour de nombreux experts, la thèse d'une attaque terroriste apparaît évidente pour expliquer le drame qui a coûté la vie à 224 personnes.

L'analyse de la boîte noire du cockpit a parlé. Un bruit a été enregistré juste avant l'explosion. "Une analyse spectrale devra être menée par un laboratoire spécialisé pour déterminer la nature de ce bruit", déclare Ayman-Al Muquaddam, chef du comité d'enquête.

La piste de l'attentat privilégiée

Les débris de l'appareil accréditent la thèse de l'attentat à la bombe. A France 3, le spécialiste des questions aéronautiques Michel Polacco explique que l'ensemble des éléments relevés laisse supposer "plus une explosion en vol qu'autre chose".

Le Royaume-Uni et la Russie semblent croire à ce scénario et organisent le rapatriement de leurs ressortissants depuis Charm el-Cheikh. 3 000 Britanniques sont déjà rentrés, tandis que Moscou a affrété 44 avions. On estime à 80 000 le nombre de touristes russes sur place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne