Crash en Egypte : quelles sont les hypothèses privilégiées ?

FRANCE 2

Accident, tir de missile, bombe à bord, attaque d'un commando, kamikaze... Aucune piste n'est écartée, mais certaines sont privilégiées par les experts.

Pourquoi l'A321 qui est parti de Charm el-Cheikh en Egypte à destination de Saint-Pétersbourg s'est-il écrasé dans le désert du Sinaï, samedi 31 octobre ? 48 heures après le drame, les questions sont nombreuses alors que les experts relèvent les débris qui s'étalent sur plus de 20 km².

La thèse de la défaillance technique est écartée par Metrojet, qui assure que l'avion a été vérifié en 2014. Selon la compagnie, l'équipage aurait perdu tout contrôle dès le début de la catastrophe. Les pilotes n'ont jamais contacté les contrôleurs aériens.

Que révèleront les boîtes noires ?

Les enquêteurs sont certains que l'A321 s'est disloqué en plein vol et qu'il était en morceaux au moment où il a touché le sol dans une zone sensible. Quelques heures après, le groupe Etat islamique affirmait avoir provoqué le crash.

Le scénario d'un missile semble peu probable. "L'avion était à 10 000 mètres d'altitude et Daech n'a pas de missiles qui atteignent cette hauteur-là", déclare à France 2 Antoine Basbous, président de l'Observatoire des pays arabes. La piste d'un attentat à bord (sabotage, kamikaze...) est plus crédible. L'analyse des deux boîtes noires, qui ont été retrouvées, pourrait apporter plus de renseignements.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne