Crash en Egypte : les autorités égyptiennes ne reconnaissent pas officiellement l'acte terroriste

FRANCE 3

Depuis Le Caire, la correspondante de France 3, Jenna Le Bras, revient sur les déclarations du comité d'enquête égyptien et sur l'évacuation des touristes britanniques et russes.

L'Égypte campe sur ses positions ce samedi 7 novembre, une semaine après le crash d'un A321 russe dans le désert du Sinaï. Les enquêteurs se sont exprimés dans la journée : le pays ne reconnaît pas officiellement l'acte terroriste que beaucoup d'experts et de pays occidentaux supposent fortement. "La piste n'a même pas été suggérée et le chef du comité d'enquête s'est réfugié derrière ses experts", rapporte Jenna Le Bras depuis Le Caire.

Le secteur du tourisme s'inquiète

Alors que le recueil des informations sur le site du drame n'est pas fini, l'évacuation des touristes britanniques et russes depuis Charm el-Cheikh s'organise. "Près de 78 000 Russes et 17 000 Britanniques sont toujours bloqués en Égypte à l'heure actuelle", indique la correspondante de France 3, qui ajoute que "Moscou a dépêché 44 avions vides pour récupérer ses ressortissants". "Mais pas d'évacuation à proprement parlé comme c'est le cas pour les Britanniques. Les vacanciers pourront rentrer quand ils le souhaitent, a affirmé Moscou. Cette vague de départs pourrait donc prendre plusieurs jours", précise-t-elle encore. Les professionnels du tourisme s'inquiètent pour leur avenir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne