Crash en Egypte : la compagnie russe pointe du doigt une "action extérieure"

Le dirigeant de Metrojet Alexandre Smirnov donne une conférence de presse, lundi 2 novembre 2015 à Moscou (Russie), après le crash en Egypte d\'un avion appartenant à sa compagnie aérienne.
Le dirigeant de Metrojet Alexandre Smirnov donne une conférence de presse, lundi 2 novembre 2015 à Moscou (Russie), après le crash en Egypte d'un avion appartenant à sa compagnie aérienne. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

Metrojet a assuré que l'appareil était "en excellent état", et a exclu toute "défaillance technique" pour expliquer le drame.

Metrojet l'assure : elle n'y est pour rien dans le crash de l'Airbus A321, qui s'est écrasé samedi en Egypte. "L'avion était en excellent état technique", a ainsi déclaré Alexandre Smirnov, patron de la compagnie aérienne russe, lors d'une conférence de presse organisée lundi 2 novembre. "Nous excluons une défaillance technique ou une erreur de pilotage", a-t-il ajouté, avant de lâcher sans plus d'explications que "la seule cause possible est une action extérieure".

Un "dégât conséquent" à l'origine de la chute de l'avion

"Tout porte à croire que dès le début de la catastrophe, l'équipage a perdu totalement le contrôle" de l'avion, s'est encore expliqué Alexandre Smirnov. "L'avion était incontrôlable, il ne volait pas mais tombait, et le passage d'une situation de vol à une situation de chute s'explique apparemment par le fait que l'avion a subi un dégât conséquent de sa structure", a expliqué le dirigeant sans plus de précisions.

Le responsable de la compagnie qui exploitait l'avion a précisé que les pilotes n'avaient pas "essayé d'entrer en contact radio" avec les contrôleurs aériens au sol.

Les autorités égyptiennes et russes ont déclaré ne pas être pour le moment en mesure d'annoncer les causes du crash, qui avec 224 morts est le plus important de l'histoire de la Russie. L'hypothèse d'un attentat reste envisagée après la revendication de la branche égyptienne du groupe Etat islamique (EI), qui a annoncé samedi avoir détruit l'avion en représailles aux bombardements russes en Syrie.

Vous êtes à nouveau en ligne