Coptes d'Egypte : la cathédrale de la Nativité inaugurée par le président al-Sissi, malgré les risques d'attentat

Dans la future capitale administrative et financière égyptienne, des soldats sécurisent l\'extérieur de la cathédrale copte orthodoxe de la Nativité, le 6 janvier 2019, en vue de son inauguration officielle par le président Sissi, juste avant la messe de Noël.
Dans la future capitale administrative et financière égyptienne, des soldats sécurisent l'extérieur de la cathédrale copte orthodoxe de la Nativité, le 6 janvier 2019, en vue de son inauguration officielle par le président Sissi, juste avant la messe de Noël. (AHMED ABDELFATTAH / DPA)

L’inauguration a eu lieu comme prévu le 6 janvier 2019, à l’occasion du Noël copte. La cérémonie s’est déroulée sous haute protection policière, au lendemain d’un nouvel incident anti-coptes au Caire, imputé au groupe Etat islamique (EI).

Des véhicules blindés déployés tous les 50 mètres. L’entrée de la nouvelle capitale administrative d’Egypte, en cours de construction dans une zone désertique située à 45 km à l'est du Caire, était bien gardée en cette veille de Noël copte. Tout comme les abords de la cathédrale de la Nativité, présentée comme la plus grande du Proche-Orient.

La sécurité en Egypte avait été renforcée pour les fêtes de fin d’année, Noël étant célébré dans tout le pays le 7 janvier, malgré l'interdiction des vœux de Noël relayée par les courants salafistes.

Attaque contre une église la veille de Noël

La veille de l’inauguration de la cathédrale de la Nativité, une nouvelle "opération terroriste" avait visé l’église Abou Sifin du Caire. Un officier de la police a été tué en tentant de désamorcer une bombe et deux autres ont été blessés. Leur intervention a permis d'éviter un attentat de plus grande ampleur, alors que des engins explosifs avaient été placés sur le toit d’une mosquée située à proximité de cette église.

Les coptes d’Egypte, qui représentent 10% d'une population de 100 millions d’habitants, sont régulièrement pris pour cible par des mouvements extrémistes dont l'EI. Ces deux dernières années, une centaine de personnes a été tuée lors d’attaques visant des chrétiens orthodoxes.

Depuis un an, 500 djihadistes présumés tués 

En février 2018, l'Egypte a lancé une vaste opération contre Daech, dont la branche locale est basée au Sinaï, à l'est du pays. Plus de 500 djihadistes présumés ont été tués depuis, selon les chiffres officiels.

Malgré ses promesses de protéger la communauté copte, le président Abdel Fattah al-Sissi, à la tête de l'Egypte depuis 2014, est critiqué pour ne pas suffisamment agir contre les mouvements extrémistes. Ces derniers s'en prennent aux soldats et policiers depuis la destitution par l'armée, en juillet 2013, du président islamiste Mohamed Morsi. Plusieurs centaines de membres des forces de sécurité ont été tuées depuis.

Le 28 décembre, ce sont des touristes vietnamiens et leur guide égyptien qui ont péri dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur bus près des pyramides de Guizeh.

Les vœux du pape François

C'est dans ce climat que le pape François a présenté ses vœux à l'Eglise copte d'Egypte. "J’adresse un salut spécial à mon si cher frère, sa Sainteté le Pape Tawadros II, et la chère Eglise copte orthodoxe qui a su donner un vrai témoignage de foi et de charité même dans les moments difficiles", a déclaré le pape dans un message vidéo, dans lequel il se félicite de l'inauguration de la nouvelle cathédrale.

La décision de construire cet édifice, plus grand que la cathédrale de Notre Dame-de-Paris et pouvant accueillir 8000 fidèles, a été prise en 2015 par le président Sissi. Depuis son arrivée au pouvoir, quelque 600 églises ont été légalisées ou autorisées à se construire, selon RFI

Vous êtes à nouveau en ligne