"Aidez-moi à fuir l’Egypte" : l’appel au secours d’un youtubeur athée menacé par la police

Le Youtubeur égyptien Sherif Gaber
Le Youtubeur égyptien Sherif Gaber (Capture d'écran du site youtube de Sherif Gaber)

L'Egyptien Sherif Gaber demande l’aide des internautes pour fuir son pays. Il a lancé une souscription en ligne afin de pouvoir financer l’achat d’un passeport. Seul un changement de nationalité peut lui permettre de quitter son pays, où il est régulièrement poursuivi par la police pour ses propos dans ses vidéos, jugés blasphématoires. 

Il a déjà été condamné à 40 jours de prison en 2013 pour, selon son expression, "mépris de la religion" et "défense des droits des LGBT". Une condamnation ancienne qui l’empêche de quitter le territoire. En juin 2018, il est de nouveau poursuivi devant les tribunaux pour "apologie de l’athéisme". Toute l’année 2018, raconte-il dans une vidéo mise en ligne, il a vainement tenté de quitter son pays où il ne se sent plus en sécurité, pourchassé par la police.

(“Comme prévu, aujourd’hui, certains avocats musulmans m’ont dénoncé au procureur général en raison de mes vidéos. Je vais probablement être arrêté dans les prochains jours, mais je ne veux pas que vous soyez en colère. Je vais continuer à faire des vidéos quand je sors... Je vais écrire les scripts en prison.”)

Ainsi, il voulait se rendre au Liban, pays qui ne réclame pas de passeport, puis sauter de pays en pays avant de demander l’asile politique à un Etat européen. Mais il lui fallait une "autorisation de sécurité" délivrée par la Sécurité nationale égyptienne pour voyager. Ce qui bien sûr, du fait de son ancienne condamnation, a été impossible.

Puis il a tenté Dubaï. Mais son visa électronique a été refusé sans qu’il sache trop pourquoi. Dernière tentative vers les Maldives, là pas besoin de visa. Prudent, il choisit de partir depuis l’aéroport d’Alexandrie, moins sécurisé selon lui. Nouvel échec. Il est interpellé à la douane et on lui retire son passeport.


Désormais, il se sent prisonnier dans son propre pays, attendant chaque jour que la police vienne l’arrêter. Selon lui, la seule façon de quitter l’Egypte est d’abandonner sa citoyenneté et d'en obtenir une autre. Ainsi, on ne pourrait pas l’empêcher de partir.

Or, certains pays ne seraient pas très regardants sur l’acquisition de leur nationalité. C’est le cas, selon lui, de la République dominicaine. Il lui faut juste trouver 100 000 dollars, le prix du document ! Il lance alors une cagnotte en ligne pour tenter de réunir cette somme. Pour l’heure, il a recueilli 15 775 dollars de la part de 883 donateurs. L’un d’eux propose même de l’héberger s’il vient aux Etats-Unis : "Nous avons un lit, une baignoire et du pain pour toi, aussi longtemps que tu voudras."

La liberté d’expression reste à conquérir en Egypte, et Sherif Gaber en fait l’amère expérience.

Vous êtes à nouveau en ligne