Namibie : un nouveau terminal portuaire construit par la Chine

Le nouveau terminal portuaire de Walvis Bay en construction. Photo prise le 18 mai 2018.
Le nouveau terminal portuaire de Walvis Bay en construction. Photo prise le 18 mai 2018. (CHINE NOUVELLE/SIPA / XINHUA)

Le nouveau terminal portuaire, construit par la Chine, double sa capacité de conteneurs et donne un coup de pouce au tourisme dans le pays. Il devrait aussi forcément favoriser les échanges avec Pékin...

La plateforme de 40 hectares, gagnés sur la mer à Walvis Bay, à quelque 400 kilomètres à l'ouest de Windhoek, est appelée à devenir une porte d'entrée stratégique vers les marchés émergents d'Afrique australe et occidentale, selon les autorités namibiennes. L'équipement double sa capacité de conteneurs et est susceptible de donner un coup de pouce au tourisme.

Le terminal a été construit par la compagne publique chinoise China Harbour Engineering Company (CHEC), avec des financements du gouvernement namibien et de la Banque africaine de développement (BAD). Son coût : 4,2 milliards de rands (265 millions d'euros). Selon un rapport du Walvis Bay Corridor Group, le nouveau terminal porte la capacité du port de 350 000 à 750 000 conteneurs par an, avec la possibilité de dépasser un million dans l'avenir.

"L'achèvement de l'agrandissement du terminal à conteneurs nous place sur une trajectoire solide vers la réalisation de notre rêve de transformer la Namibie en une plateforme logistique internationale", a déclaré le président Hage Geingob lors de la cérémonie d'inauguration, le 2 août 2019. "La Zambie, l'Angola, la République démocratique du Congo, le Botswana et le Zimbabwe comptent parmi les principaux marchés terrestres, désormais liés par la mer, pour les marchandises en transit par voie maritime qui (passent) par le port de Walvis Bay", a ajouté le président namibien.

"Routes de la soie"

Dans le même temps, construit par la Chine, le nouvel équipement ne peut que favoriser les échanges entre l'Empire du Milieu et le continent africain. Selon l'ambassadeur de Chine en Namibie, il devait fonctionner de pair avec l'Initiative Ceintures et routes de la soie proposée par Pékin, rapporte Le Point

En 2018, le volume des échanges bilatéraux entre les deux pays s'est élevé à 800 millions de dollars, "en augmentation de 45%" par rapport à 2017, selon l'agence officielle chinoise Xinhua.  

Le terminal comprend également un poste d'amarrage réservé aux paquebots de croisière et un brise-lames qui "renforcent notre capacité à attirer les touristes sur nos côtes", a par ailleurs souligné Hage Geingob.

Vous êtes à nouveau en ligne