Le président du Mozambique Filipe Nyusi attend beaucoup des relations de son pays avec la Russie

Vladimir Poutine et Filipe Nyusi à Moscou, août 2019
Vladimir Poutine et Filipe Nyusi à Moscou, août 2019 (ALEKSEY NIKOLSKYI / SPUTNIK)

Le 22 août 2019,  le président du Mozambique, Filipe Nyusi, a rencontré Vladimir Poutine dans la capitale russe Moscou. 

La première visite d’un chef d’Etat mozambicain à Moscou depuis 1987 a été productive. Le président Filipe Nyusi et son homologue russe ont signé plusieurs accords bilatéraux renforçant la coopération dans les domaines de la sécurité et dans le secteur gazier. 

Le président russe est très optimiste pour l'avenir. "Nous avons de très bonnes perspectives”, a-t-il dit. De son côté, le dirigeant mozambicain a, lui aussi, fait part de son optimisme: "Nous attendons beaucoup de cette visite. Nous sommes venus confirmer à la Russie, à son peuple et au gouvernement notre volonté de développer nos relations", a déclaré Filipe Nyusi dans un entretien accordé à l'agence russe TASS la veille de sa rencontre avec VladimirPoutine.

En 2018, les échanges commerciaux entre les deux pays s’étaient établis à 115 millions de dollars, en augmentation de 24,36% par rapport à l’année précédente. Exportations principales de la Russie vers le Mozambique: céréales, engrais, carburants et pétrole. De son côté, le Mozambique exporte des produits agricoles (tabac, fruits, noix...).

Depuis 2015, le groupe pétrolier russe Rosneft, en collaboration avec la compagnie américaine ExxonMobil, possède l’autorisation de travailler dans trois zones au Mozambique. En 2018, Rosneft avait signé des accords pour l’exploration et l’extraction de gaz et de pétrole. "Nous avons des ressources naturelles et nous attendons des investissements russes pour utiliser ces ressources pour le bien du peuple", a déclaré Filipe Nyusi dans l’interview à TASS. 

Filipe Nyusi après sa rencontre avec le président russe à Moscou, août 2019
Filipe Nyusi après sa rencontre avec le président russe à Moscou, août 2019 (ALEKSEY NIKOLSKYI / SPUTNIK)

Lutte contre le colon portugais

Dans cette longue interview, le président mozambicain a évoqué le début de la relation bilatérale entre les deux pays, remerciant l’Union soviétique pour le soutien apporté pendant la lutte contre le colon portugais: "Nos parents n'étaient pas libres. C'était le colonialisme tel que nous le connaissons. Et c'est pourquoi ils ont décidé de se battre. Avec l'aide d'amis, dans ce cas particulier le peuple russe, nous avons pu nous libérer."

L’URSS a reconnu l’indépendance du Mozambique en 1975, et "a joué un rôle important dans l'instauration de ses structures d'Etat", a rappelé Vladimir Poutine pendant la rencontre. Par la suite, en 1977, les deux pays ont signé un traité d’amitié.

Désormais, a expliqué le président Nyusi à Tass, le Mozambique entend être un partenaire utile, et pas seulement un pays qui reçoit de l'aide: "Nous sommes désormais prêts pour travailler ensemble (...), contrairement à la période précédente, où nous pensions que nous devions être constamment aidés."

Aujourd’hui, les accords économiques et militaires forment le socle des relations entre les deux pays. En 2015, un accord de coopération militaire et technique entre les deux pays a été signé à Maputo, la capitale du Mozambique. But: la fourniture et la réparation d’armes et d’équipements militaires. "L’économie détermine le bien-être des peuples. Il s'agit que la diplomatie et la politique aillent dans le même sens", a dit Filipe Nyusi à TASS.

Filipe Nyusi, assiste à une cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu à Moscou, août 2019.
Filipe Nyusi, assiste à une cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu à Moscou, août 2019. (YURI KOCHETKOV / POOL)

Pourtant, la coopération entre la Russie et le Mozambique ne se limite pas à l'économie. En 2017, les deux pays ont lancé une initiative d’échange de dettes, débloquant 40 millions de dollars pour fournir des repas scolaires aux écoliers du Mozambique. En mars 2019, la Russie a envoyé de l'aide humanitaire (nourriture, tentes...) après le passage du cyclone Idai, l'un des plus sévères ces dernières années en Afrique australe avec plus de 1000 morts confirmés. Dans son interview, le président Nyusi a à nouveau remercié le gouvernement russe pour son aide: "Le peuple russe a toujours été avec nous dans les moments difficiles".

A propos du sommet Russie-Afrique qui se déroulera à Sochi en octobre 2019, Filipe Nyusi a expliqué: "Nous, les Africains, aurons l’occasion de discuter entre nous de tous les sujets. Plusieurs collègues m'ont déjà dit qu’ils participeront (au sommet NDLR) et utiliseront les opportunités offertes par la Russie pour  le développement économique de nos pays."

Vous êtes à nouveau en ligne