Algérie : le tunnel ferroviaire El-Qantas construit par les Chinois met Oran à 2h30 d’Alger

Double Tunnel El-quantas en Algérie. Cet ouvrage d\'art, construit par la China Railway Construction Corporation, va réduire de deux heures la durée du trajet entre les villes d\'Alger et d\'Oran. Capture d\'une vidéo Youtube proposée par Ryma Rhamani, correspondante de la radio algérienne chaîne 3.
Double Tunnel El-quantas en Algérie. Cet ouvrage d'art, construit par la China Railway Construction Corporation, va réduire de deux heures la durée du trajet entre les villes d'Alger et d'Oran. Capture d'une vidéo Youtube proposée par Ryma Rhamani, correspondante de la radio algérienne chaîne 3. (Youtube)

Après sept ans de travaux, un nouveau tunnel sur l’axe Alger-Oran accueille ses premiers trains. Un ouvrage construit pour l’essentiel par la China Railway Construction Corporation. En Algérie, les groupes chinois ont raflé pour plus de 20 milliards d’euros de projets d’infrastructures en 10 ans.

Localisé à 100 kilomètres à l'ouest d'Alger, ce nouveau tunnel est composé de deux tubes indépendants de 7,3 km chacun. Cet ouvrage complexe permettra de réduire de près de moitié la durée du trajet en train entre Alger et Oran. Aujourd’hui, il faut compter près de 4h30 heures pour relier la capitale à la plus grande ville de l’ouest algérien.

"Qu’ils transportent des personnes ou des marchandises, les trains pourront passer à une vitesse moyenne de 220 km/h, contre 160 km/h actuellement", précise-t-on au ministère algérien des Transports et des Travaux publics.

El-Qantas est le deuxième plus long tunnel ferroviaire du continent, derrière celui d'Hex River qui s'étire sur 16,8 kilomètres entre Le Cap et Johannesburg.

Les travaux de construction, entamés en 2011, ont dû être reportés à plusieurs reprises, en raison de la géologie difficile du terrain.

Une participation chinoise active

Les entreprises chinoises participent activement au programme ferroviaire algérien. Entre 2000 et 2017, le réseau ferré algérien est passé de 1 700 km à 5 800 km. 6 000 autres kilomètres de voies sont programmés à l’horizon 2025.

L’entreprise China Railway Construction Corporation Limited est également à la manoeuve (au côté de sociétés algériennes) sur l’autoroute qui parcourt l'Algérie d’est en ouest (1 200 km).

Depuis l’arrivée au pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika, en 1999, les groupes chinois ont raflé pour plus de 20 milliards d’euros de projets d’infrastructures : autoroutes, barrages, logements, ports, stades, aéroport d’Alger…. Même la grande mosquée de la capitale est revenue à une entreprise chinoise. Un comble alors que certains partis algériens reprochent à Pékin la répression de sa minorité musulmane ouighoure.

Petite consolation pour la France, qui a perdu nombre de marchés d’infrastructures dans le pays, le groupe Alstom a livré les 17 trains qui roulent sur cette nouvelle voie rapide.

Vous êtes à nouveau en ligne