DIRECT. Crash d'un avion en Egypte : les Russes rendent hommage aux victimes de l'accident

Des enquêteurs égyptiens scrutent des débris de l\'avion russe tombé dans le Sinaï égyptien, le 31 octobre 2015.
Des enquêteurs égyptiens scrutent des débris de l'avion russe tombé dans le Sinaï égyptien, le 31 octobre 2015. ( MAXPPP)

Les gouvernements russe et egyptien attendent les conclusions de l'analyse des boîtes noires avant de se prononcer sur les causes de l'accident qui n'a fait aucun survivant parmi les 224 personnes à bord.  

Les secouristes égyptiens ont élargi à 15 km le périmètre de leurs recherches pour retrouver les corps manquants. Dimanche 1er novembre, le directeur du Comité intergouvernemental d'aviation a annoncé que "la dislocation a eu lieu dans les airs et les fragments se sont éparpillés sur une grande surface d'environ 20 km²". Mais "il est trop tôt pour parler de quelconques conclusions", estime-t-il. Par ailleurs, 61 des 224 victimes du crash de l'avion charter russe survenu la veille, dans le désert du Sinaï, demeurent introuvables. 

Une dislocation en vol. Les autorités avaient annoncé samedi avoir trouvé des débris et des corps dans un cercle s'étendant sur 8 km de diamètre, ce qui, selon des experts, indique à priori que l'Airbus A321-200 de la compagnie russe Kogalymavia n'a pas touché le sol en un morceau. Un enquêteur russe a bel et bien confirmé que l'avion s'était disloqué en vol.

La revendication de l'EI contestée. Les gouvernements égyptien et russe contestent la revendication par la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie. 

Le BEA sur place. Les autorités égyptiennes ont retrouvé les deux boîtes noires  de l'avion. Elles vont être analysées par des experts, dont ceux du Bureau français d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA), dépêchés sur place dimanche. Le ministre russe des Transports et une équipe d'enquêteurs de haut niveau sont également arrivés au Caire pour aider les autorités égyptiennes à déterminer la cause du crash. 

Vous êtes à nouveau en ligne