Marrakech, première "capitale africaine de la culture", s'apprête à vivre une année 2020 aux couleurs de l'Afrique

Photo officielle de l\'événement Capitales africaines de la culture 2020 à partir du 31 janvier.
Photo officielle de l'événement Capitales africaines de la culture 2020 à partir du 31 janvier. (ville de Marrakech)

La plus grande ville touristique du Maroc a été désignée "Capitale africaine de la culture". Cette édition pilote, qui débute le 31 janvier 2020, se veut une vitrine de la création africaine d’aujourd’hui. 

Marrakech s’apprête à vivre une année exceptionnelle. Désignée en 2018 à l'occasion du sommet Africités "Capitale africaine de la culture", elle inaugure une grande première sur le continent. Le 31 janvier, date qui marque le retour du Maroc (en 2016) au sein de l’Union africaine, la ville lancera son programme de festivités, avec une grande cérémonie populaire d’ouverture, dans un grandiose spectacle de rue. 

La ville impériale souhaite à cette occasion devenir la vitrine culturelle non seulement du Maroc, mais de l’ensemble de l’Afrique, en valorisant la diversité des créations et des expressions culturelles. L’occasion de faciliter la circulation des artistes et des œuvres au sein du continent.

Un parc de sculptures (d’artistes africains), un salon de l’artisanat et du design, du cinéma et du théâtre sont au programme. Une Foire d’art contemporain africain, une Biennale de la danse, des rencontres de la photographie... l’année culturelle s’annonce exceptionnelle.

Une vitrine de la création africaine

"Le terreau humain, le souci de la multi-culturalité et la richesse de son patrimoine permettent à Marrakech de lancer une édition pilote des Capitales africaines de la culture", affirmait en 2018 le maire de la ville rouge Mohamed Larbi Belcaid.
Marrakech, dont la médina est inscrite au patrimoine universel de l’Unesco.

La ville travaille depuis plus d’une décennie sur une montée en gamme culturelle, avec la création de nouveaux musées, de centres d’art traditionnels et contemporains, comme le musée de l’Eau inauguré récemment, le Musée berbère au cœur du jardin Majorelle, le musée de la Musique et des arts décoratifs (Mouassine), la Maison de la Photographie ou le musée Tiskiwin consacré à l’artisanat et l’histoire des peuples du Sahara.

Implication de l'Institut français de Marrakech

Tous les acteurs de la ville sont invités à participer à l'évènement. L'Institut français de Marrakech proposera des concerts, conférences, débats, expositions, résidences d’artistes et performances tout au long de l’année. Un "musée numérique" offrira un accès ludique aux œuvres des plus grands musées.

L'institut français accueillera la chorégraphe Blanca Li, la compagnie Retouramont avec un spectacle aérien, le virtuose Juan Carmona ou encore de la magie avec la compagnie Rode Boom. Cette saison sera ponctuée par les traditionnelles Nuits du Ramadan.

Kigali devrait succéder à Marrakech

Marrakech espère donc pouvoir sensibiliser un très large public à la richesse culturelle du continent africain. Elle inaugure ainsi ce nouveau cycle qui verra tous les trois ans une nouvelle ville du continent mise à l’honneur. En 2023, c’est Kigali, la capitale du Rwanda, qui prendra sa place pour une année.

Vous êtes à nouveau en ligne