Maroc : les réseaux sociaux à la rescousse des dernières potières du Rif

La potière marocaine Aicha Tabiz assise à côté de l\'apprentie britannique Kim West, 33 ans, lors d\'un atelier de poterie près du village d\'Ourtzagh, au pied des montagnes du Rif, le 12 juin 2019. 
La potière marocaine Aicha Tabiz assise à côté de l'apprentie britannique Kim West, 33 ans, lors d'un atelier de poterie près du village d'Ourtzagh, au pied des montagnes du Rif, le 12 juin 2019.  (FADEL SENNA / AFP)

Les poteries artisanales de "Mama Aïcha", 82 ans, ne se vendent presque plus au Maroc mais ses techniques primitives attirent des stagiaires du monde entier dans les contreforts du Rif (nord) grâce... aux réseaux sociaux.

"Quand j'ai entendu parler de ce stage sur Instagram, je me suis inscrite tout de suite car la pratique disparaît, Mama Aïcha est vieille et son savoir-faire doit être transmis", confie à l'AFP la plasticienne Mirna Banieh, venue de la ville palestinienne de Ramallah.

Ses quatre camarades de stage, assis en tailleur sur des nattes, les mains plongées dans l'argile, ont laissé Londres et Nairobi pour une semaine d'initiation sur les hauteurs d'un hameau perdu au bout d'une piste caillouteuse.

La potière marocaine Fatima Harama de la tribu des M\'tioua travaille à la poterie près du village d\'Ourtzagh dans la région de Taounate le 11 juin 2019. 
La potière marocaine Fatima Harama de la tribu des M'tioua travaille à la poterie près du village d'Ourtzagh dans la région de Taounate le 11 juin 2019.  (FADEL SENNA / AFP)

Leur but : apprendre à modeler les pièces à la main, les sécher au soleil, les cuire au feu de bois dans un grand trou et les polir avec une pierre avant de les décorer avec des pigments naturels. Comme partout dans les montagnes du Rif, les femmes potières de la tribu des Sless à laquelle appartient la famille d'Aïcha Tabiz disparaissent : la tribu en comptait environ 90 à la fin des années 1990, il en reste aujourd'hui une demi-douzaine.

Les jeunes d'ici ne veulent pas se salir les mains avec l'argile, ils rêvent d'être fonctionnaires avec des salaires fixesMama Aïcha, potièreà l'AFP

Le savoir-faire ancestral qui, selon certains experts, remonte à la fin de l'âge du bronze (environ -2000), se perd peu à peu faute de débouchés.

Le plastique, fantastique ?

"Quand j'étais petit, tout le monde utilisait des ustensiles en terre cuite dans la vie quotidienne et ma mère en vendait au marché, mais aujourd'hui tout le monde préfère le plastique", soupire Mohamed, 53 ans, le fils aîné d'Aïcha Tabiz.

Des chercheurs, des collectionneurs, des passionnés, pour beaucoup étrangers, mettent en garde depuis des décennies contre la disparition annoncée de cet artisanat transmis de génération en génération. "On a proposé de créer un musée dans le village... ça n'intéressait pas les autorités locales", regrette Mohamed.

La cartographie des potières a été faite dans les années 80-90 par l'anthropologue allemand Rüdiger Vossen, qui a inventorié les techniques et les motifs de chaque tribu.

La potière marocaine Aicha Tabiz, également connue sous le nom de Mama Aicha, tient l\'une de ses œuvres près du village d\'Ourtzagh, au pied des montagnes du Rif, le 12 juin 2019.
La potière marocaine Aicha Tabiz, également connue sous le nom de Mama Aicha, tient l'une de ses œuvres près du village d'Ourtzagh, au pied des montagnes du Rif, le 12 juin 2019. (FADEL SENNA / AFP)

Les bénévoles de l'association Terre des Femmes sillonnent eux aussi les montagnes isolées du Rif depuis des années pour collecter des poteries dans les fermes isolées et les revendre aux touristes dans une petite boutique à Rabat, la capitale du Maroc.

Haute couture

A l'occasion d'un défilé haute couture fin avril à Marrakech, la directrice artistique de Dior, l'Italienne Maria Grazia Chiuri, a également donné un puissant coup de projecteur aux potières du Rif. Mais c'est grâce à Instagram que le travail de Mama Aïcha s'est taillé il y a peu une réputation mondiale.

"C'est un média très utilisé par les potiers, tout le monde poste des photographies de ses créations, échange des astuces et des conseils", explique la Britannique Kim West, une stagiaire de 33 ans.

Avec ce bouche-à-oreille planétaire, les stages proposés sur le site internet d'une nouvelle association, Sumano (lien en anglais), connaissent un succès foudroyant. Cette association à vocation sociale créée en 2018 par deux jeunes Français et une Espagnole entend promouvoir la tradition artisanale des femmes de tribus marocaines (poteries, tissage...)

"Toutes les places ont été réservées en deux jours après l'ouverture des inscriptions. On a une liste d'attente avec des demandes du monde entier", explique Martha Valdeon, une Espagnole de 42 ans cofondatrice de Sumano.

La relève

A 27 ans, Houda Oumal, est l'une des rares à vouloir "continuer sur les traces de sa mère".

La potière marocaine Houda Oumal (à gauche) peint avec des pigments naturels sur l\'une de ses poteries, sous le regard de sa mère Fatima Harama, près du village d\'Ourtzagh dans la région de Taounate le 11 juin 2019.
La potière marocaine Houda Oumal (à gauche) peint avec des pigments naturels sur l'une de ses poteries, sous le regard de sa mère Fatima Harama, près du village d'Ourtzagh dans la région de Taounate le 11 juin 2019. (FADEL SENNA / AFP)

Elle vit avec ses parents au sommet d'une montagne perdue au milieu des cultures de cannabis qui font, en toute illégalité, la principale richesse du Rif. Elle a commencé à modeler à 7 ans mais ne sait ni lire ni écrire. On compte cinq mosquées dans les environs mais aucune école.

Ce métier ne nous permet pas de bien gagner notre vie, il faut faire connaître notre savoir-faire pour que ça devienne rentableHouda Oumal, potière de 27 ansà l'AFP

Depuis peu, la jeune femme signe ses créations de son initiale, avec des motifs plus graphiques et de nouvelles formes pour "diversifier ses produits et se démarquer".

"Pour nous, ces pièces sont des œuvres d'art, elles ont une vraie valeur", souligne Martha Valdeon. L'association Sumano passe commande aux potières, transporte leurs œuvres en Espagne puis les revend vingt fois plus cher via son site internet. Elle promet de redistribuer des bénéfices localement "quand l'affaire sera rentable".

Vous êtes à nouveau en ligne